Le «Tamagotchi» Juppé et le «porteur de bidons» Fillon, les mots cruels de Sarkozy

le
6
Le «Tamagotchi» Juppé et le «porteur de bidons» Fillon, les mots cruels de Sarkozy
Le «Tamagotchi» Juppé et le «porteur de bidons» Fillon, les mots cruels de Sarkozy

Rassembleur. Voilà comment se rêvait Nicolas Sarkozy, désormais officiellement remonté en selle pour la présidentielle 2017. Depuis sa défaite en 2012 face à François Hollande, l'ex-président de la République n'aurait qu'une idée en tête: récupérer son dû. Et il élaborerait pour cela une minutieuse stratégie, aidé de ses soutiens de toujours, depuis deux ans. Seulement voilà, rien ne s'est passé comme prévu. «C'était pas le plan»*, le livre de Philippe Cohen, décédé en 2013, et de la journaliste du Point Laureline Dupont qui sortira le 15 octobre, relate à quel point les choses ne se sont pas déroulées comme le fantasmait le «boss» de l'UMP.

Difficile en effet de contenir les ambitions de ceux qui n'attendaient que son départ pour prendre toute leur place. En ligne de mire donc, trois Iznogoud, qui veulent tous devenir calife à la place du calife. Juppé, Copé, Fillon, chacun sa stratégie. Si l'ex-président espérait n'en faire qu'une bouchée, il ne pourra finalement pas faire l'économie de quelques batailles internes avant le combat final. Après deux ans d'enquête, des dizaines d'entretiens, les deux journalistes livrent le récit du «vrai scénario du retour de Sarkozy».

Jean-François Copé, l'arroseur-arrosé. En mai 2007, le président Sarkozy se sépare de lui sans ménagement: «Je rentre dans le bureau, je suis ministre du Budget; je sors, je ne le suis plus», confie Copé en 2011, avant d'expliquer tout le «génie» qu'il a eu à l'époque de demander la présidence du groupe UMP à l'Assemblée. Sarkozy lui assure qu'il n'y gagnera rien mais, lui, voit déjà le tremplin. Lorsque l'ex-président perd en 2012, Copé comprend bien qu'il faut surfer sur la vague nostalgique de tous ces militants UMP orphelins, rapportent les auteurs. Copé force alors le trait à droite et enchaine les «pains au chocolat» jusqu'à l'indigestion. Le «clone» ressemble trop à son modèle et ne peut plus s'en distinguer. A ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • bearnhar le mercredi 15 oct 2014 à 07:28

    Au fait, Balkany qui était de tous les voyages, il a bien toujours payé ses billets ? Voyez-vous ça m'étonnerait...

  • fquiroga le mardi 14 oct 2014 à 18:26

    Mon dieu que cet homme est méchant (et insultant)......

  • mlaure13 le samedi 11 oct 2014 à 00:24

    2445joye...Bien dit...TOUT...sauf ce BlingBling!!!...

  • 2445joye le samedi 11 oct 2014 à 00:04

    Il a le mérite d'incarner mieux que personne le politicien doué, énergique et inutile car dédié à sa propre cause et non au service du pays.

  • M8252219 le vendredi 10 oct 2014 à 22:44

    Lui c'est MENTEUR 1er Cahuzac de l'UMP

  • j.delan le vendredi 10 oct 2014 à 21:45

    Avec ce genre de propos il ne va rien gagner, sinon le mépris de quelques gens de droite de plus déja écoeurés par certains de ses comportements qui ne transpirent pas la loyauté et l'éthique (Sarkothon, Bygmalion,etc.....)