Le Tallec : "Ça joue au foot, ça change de la France"

le
0
Le Tallec : "Ça joue au foot, ça change de la France"
Le Tallec : "Ça joue au foot, ça change de la France"

Après une saison à 13 buts et 3 passes décisives avec Valenciennes, Anthony Le Tallec a mis le cap sur la Grèce et le petit club d'Atromitos. Après s'être imposé 3-1 à l'aller en tour préliminaire à Stockholm face à l'AIK, il aborde la deuxième manche sereinement, avec un œil déjà sur l'objectif, la phase de poule.

Anthony, tu as signé en Grèce alors que tout le monde ne parlait que de la crise. Tu n'avais pas peur ? On parlait de la situation évidemment avec mon agent. On a vu qu'il y avait des accords sur trois ans pour le Pays sur le plan économique. Au niveau du club j'ai eu des garanties aussi, par écrit, et puis ça faisait trois semaines qu'on parlait, il fallait vite que je signe dans un club, j'avais besoin de retrouver un groupe. C'était le seul club qui me voulait concrètement donc j'ai foncé. Et l'Europa League, c'est le détail qui a fait pencher la balance. L'objectif, c'est les poules. On a vraiment les moyens d'y arriver même si tout dépend un peu du tirage. Si on tombe contre un gros type Dortmund au tour suivant, ça sera compliqué. En attendant, on est confiant face à AIK.
Tu n'as pas eu à faire la queue pour aller au distributeur ces dernières semaines ? Je ne vois rien de tout ça. Je ne sais pas pourquoi on parle de crise. Je vois les restaurants blindés tous les soirs, les gens dans les magasins tout le temps... Pourtant, on n'est pas arrivé dans un club à l'arrache et on n'est pas des footballeurs protégés dans une bulle. De ce que je vois, c'est plutôt réglé.
Et le club de l'Atromitos, ça donne quoi ? Je suis tombé dans un club familial, où il n'y a pas énormément de pression. Mais je suis quelqu'un d'ambitieux donc j'ai hâte de découvrir l'ambiance des stades en Grèce par exemple. Après, je ne suis pas venu là pour faire un coup. Je vais m'investir ici, voir comment ça va se dérouler, comment je m'adapte à ce championnat. Rien n'est acquis. Je suis tombé dans une équipe vraiment bonne, avec une vraie qualité technique. Ça change de la France. Je suis content car là ça va jouer au ballon. Il y a beaucoup de Sud-américains, d'Espagnols, d'Italiens, ça m'a vraiment surpris. Les installations, le staff, c'est très pro. Ça change un peu.
Ce qui change aussi pour toi, c'est la température. Auparavant, tu as quand même joué au Havre, à Valenciennes, au Mans, à Auxerre, à Sochaux, à Liverpool... Depuis que je suis arrivé, j'ai eu du mal par rapport à la chaleur. Il fallait que mon corps s'habitue. Maintenant, aux entraînements je me sens beaucoup mieux. C'est quelque chose que je voulais découvrir…



Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant