Le talent peut-il disparaitre ?

le
0
Le talent peut-il disparaitre ?
Le talent peut-il disparaitre ?

La liste des joueurs ayant égaré leur football est longue comme le bras : Adriano, Torres, Falcao, bien sûr, mais aussi Kagawa, Motta, Thiago Silva ou Piqué. Sans parler des Kaka, Shevchenko et autres Verón du passé. Mais où se cache-t-il donc ?

Pour Noël, les supporters havrais ont eu mieux qu'un pull qui gratte un peu, une bouteille de whisky ou même qu'une PS4 : la confirmation qu'Adriano allait porter le maillot ciel et marine. Si ce n'est pour le moment qu'un tweet fleurant bon le Google Translate, la possibilité de voir l'Imperatore fouler les pelouses françaises, de Ligue 2 qui plus est, en fait saliver plus d'un, qu'il soit immatriculé 76 ou simple amateur de belles choses. Parce qu'Adriano, c'est la violence, la puissance d'un jeu sans faiblesse, avec ces frappes du gauche à vous trouer les filets. Le meilleur joueur de l'histoire de PES, et pendant quelques temps, du monde, tout simplement.

Et puis son père est mort, Adriano a plongé, et sa carrière a déraillé. Un tour à Sao Paulo, l'Inter de nouveau, un retour à Flamengo. Cinq matchs dans une Roma qui tente sa chance, un de moins à Corinthians qu'il quitte parce qu'il a plus envie, aucun à Flamengo qui le payait pourtant à la performance, toujours zéro à Atlético Paranaense. Alors malgré les souvenirs, difficile de s'imaginer un nouveau départ pour le Brésilien en Normandie. Christophe Maillol a - peut-être - fait venir un nom, mais guère plus. L'Imperatore est devenu le " nouveau porc du Havre ". Sauf que le talent ne se mesure pas sur une balance.
L'éternelle bataille de l'inné et de l'acquis
Lorsqu'il revient la première fois à Flamengo, même plein d'alcool et de fêtes, il trouve le moyen de remporter championnat, titre de meilleur joueur et de meilleur buteur. Suffisant pour que José Mourinho décide d'essayer de le sauver. Quand Zlatan ne parvient pas à abattre les Red Devils en Ligue des champions, le Special One lance quelqu'un d'encore plus bigger than life. A un poteau près, le talent d'Adriano aurait suffi. La justice pour les médiocres adeptes des résultats acquis à la sueur du front, un crève-coeur pour les esthètes.

Parce que le talent, c'est le contraire du travail. C'est l'inné, l'inquantifiable, le chemin infini qui relie l'âme au corps. C'est la beauté de tout ce qu'on ne peut tenir. C'est la grâce. Quand on demande à Gabriel Heinze comment il se définit en tant que joueur, il répond : " Moi ? Comme un joueur très mauvais ! Avec une très grande capacité d'effort et de concentration, mais sans qualité technique. J'ai du caractère, je suis tenace, je ne laisse rien au hasard. On ne m'a pas doté de ce don technique, je...






Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant