Le tableau de Deschamps

le
0
Le tableau de Deschamps
Le tableau de Deschamps

Au terme d'un match globalement maîtrisé et grâce à la meilleure première mi-temps de l'équipe de France depuis bien longtemps, les Bleus ont ramené un succès décisif d'Amsterdam dans la course à la qualification à la Coupe du monde 2018. Entre un 4-2-3-1 qui n'en est pas vraiment un, un Pogba simplifié et une défense de fer.

Est-ce enfin la confirmation d'une équipe de France qui ne jure que par le jeu ? Est-ce enfin, aussi, la douce mélodie d'un groupe qui vit bien, entre ses automatismes et une remise en question rapide après une demi-heure mal maîtrisée contre la Bulgarie vendredi ? Didier Deschamps avait pointé ce 10 octobre 2016 comme un tournant sur la longue route qui doit amener les Bleus en Russie à l'été 2018. Non, les Pays-Bas ne sont plus les Pays-Bas d'hier. Mais oui, ce déplacement à Amsterdam, contre ce qui apparaît comme l'adversaire numéro de la France avec la Suède, était un rendez-vous déjà décisif pour l'acquisition d'une qualification directe à une Coupe du monde, ce que les Tricolores n'ont réussi à faire qu'une fois sur le terrain depuis 1986. Et il faut se le dire : on avait rarement vu l'équipe de France aussi souveraine lors d'une première mi-temps avec un Pogba qui a simplifié et éclairé son jeu au-delà d'un but décisif entre les gants savonnés de Maarten Stekelenburg. Ces Bleus font plaisir à voir, ils pressent et s'arrachent pour ce qu'ils souhaitent, d'un arrêt décisif de Lloris devant Depay en fin de match à un Gameiro qui est certainement la meilleure recrue pour le projet de jeu final de Didier Deschamps.

La simplicité selon Pogba


Il y a déjà l'équilibre, ce qui avait été l'échec vendredi lors de la première demi-heure contre la Bulgarie avec un déséquilibre justement profond, notamment dans l'animation offensive de l'équipe de France. En Biélorussie, le onze avait souffert sur son côté gauche. Face aux Bulgares, c'était d'abord sur le côté droit. Mais au final, le même coupable aux yeux de tous : Paul Pogba, trop compliqué, trop brouillon, là où Matuidi, moins en lumière, avait au moins le mérite de verrouiller son côté. Lundi soir, à Amsterdam, le public a retrouvé ce que Pogba sait faire de mieux. De la simplicité, de la proposition, de la diversité, mais aussi apporter l'équilibre qui amène la construction du jeu face à une défense hollandaise regroupée, mais qui laissait moins d'espaces que le bloc défensif bulgare. On s'y attendait, mais la réponse du milieu de Manchester United a été majuscule dans ce qui ressemble à l'une de ses meilleures représentations chez les Bleus. Histoire de claquer quelques becs fixés sur le prix de son transfert et qui voyaient déjà…


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant