Le syndicat des pilotes de ligne lève son préavis de grève

le
0
LEVÉE DU MOT D'ORDRE DE GRÈVE DU SYNDICAT DES PILOTES DE LIGNE
LEVÉE DU MOT D'ORDRE DE GRÈVE DU SYNDICAT DES PILOTES DE LIGNE

ROISSY-EN-FRANCE Val-d'Oise (Reuters) - Le syndicat national des pilotes de ligne (SNPL) a annoncé vendredi la levée de son préavis de grève lancé pour protester contre les effets de la loi qui oblige les pilotes grévistes à avertir les compagnies de leurs intentions 48 heures à l'avance.

Le secrétaire d'Etat aux Transports, Frédéric Cuvillier, a assuré qu'il s'efforcerait d'obtenir que la loi Diard ne puisse plus être utilisée pour empêcher les compagnies d'utiliser cette disposition pour remplacer les grévistes.

"Le secrétaire d'Etat aux Transports a indiqué très clairement que ces pratiques n'avaient pas lieu d'être et étaient une atteinte au droit de grève", a déclaré Yves Deshayes, président du SNPL, majoritaire à Air France.

"Les propositions faites en réponse à nos demandes ont été satisfaisantes", a-t-il ajouté lors d'une conférence de presse à Roissy, précisant que la levée du préavis de grève avait été votée à 96% des voix du conseil du SNPL.

Le gouvernement a aussi promis de créer une convention collective spécifique pour les pilotes, d'accélérer leur passage aux points d'inspection et d'entamer une réflexion sur les taxes qui pénalisent le transport aérien en France.

Frédéric Cuvillier a confirmé que des propositions avaient été faites sur tous ces points, sans toutefois évoquer une modification de la loi Diard.

"J'ai entendu les préoccupations qui étaient exprimées par les pilotes et je souhaite que le travail, le dialogue et la concertation se poursuivent", a-t-il dit en marge d'une réunion entre tous les ministres et secrétaires d'Etat.

Il a annoncé qu'il convoquerait les compagnies aériennes pour adopter un code de bonne conduite afin d'empêcher le remplacement de pilotes grévistes, pratique qui "bafoue un droit fondamental", tout en maintenant l'information des usagers et la capacité des compagnies à s'organiser en cas de grève.

"EXCELLENTE NOUVELLE" POUR AIR FRANCE

L'exécutif a conduit des consultations pour éviter le mouvement des pilotes, qui menaçaient de mener du 3 au 30 mai un mouvement consistant en des arrêts de travail quotidiens de plusieurs heures qui aurait pu entraîner des retards importants.

Grâce au préavis de 48 heures donné par les pilotes grévistes, la loi Diard de 2012 permet d'informer les passagers des perturbations prévues 24 heures avant leur départ.

Air France-KLM, qui avait annoncé qu'elle serait contrainte d'annuler la plupart des vols menacés par des débrayages, a salué vendredi la décision du SNPL.

"Il s'agit d'une excellente nouvelle pour les clients et pour les personnels d'Air France", a déclaré dans un communiqué son PDG, Frédéric Gagey. "Air France peut à présent consacrer toutes ses énergies à la poursuite de son redressement."

L'action Air France-KLM a bondi de 2,2% dans les 30 minutes qui ont suivi l'annonce de la levée du préavis de grève, dans un fort volume, et était en hausse de 3,5% en milieu d'après-midi.

La compagnie française estimait être une victime indirecte dans ce conflit puisqu'elle ne remplace pas les pilotes grévistes, une pratique de compagnies comme EasyJet.

Le PDG d'Air France-KLM, Alexandre de Juniac, qui a piloté le plan "Transform 2015" destiné à redresser la rentabilité du groupe et à réduire sa dette, jugeait que la menace de grève intervenait à un moment "complètement inopportun".

(Astrid Wendlandt, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant