« Le symbole de fraternité est beau, mais demain ? »

le , mis à jour à 07:32
3
« Le symbole de fraternité est beau, mais demain ? »
« Le symbole de fraternité est beau, mais demain ? »

D'un regard circulaire, il balaie la foule en train de chanter. « Il y a sacrément du monde. C'est extraordinaire », souffle Madani, plus rompu aux codes de la mosquée qu'à ceux de la cathédrale en brique rouge d'Evry (Essonne) où le sexagénaire a suivi, debout et intimidé, la messe dominicale. Comme lui, ils sont des centaines de musulmans à avoir franchi hier les portes des églises de France. A Paris, Saint-Denis, Nice, Bordeaux ou encore Saint-Denis de la Réunion. « Pour prier, en silence, mais main dans la main avec nos frères catholiques. Pour dire que seule l'union a un sens face à cet acte barbare et odieux qu'a été mardi l'assassinat dans son église du père Jacques Hamel », insiste dans son costume sombre Anouar Kbibech, le président du Conseil français du culte musulman (CFCM), accueilli sur le parvis de la cathédrale par le prêtre d'Evry. « La fraternité est la devise de la République. Merci d'être là », lui lance le père Martial Bernard. « C'est elle qui va triompher, inch Allah », répond Anouar Kbibech.

 

Dans la cathédrale pleine à craquer de Rouen — elle est située à quelques kilomètres de Saint-Etienne-du-Rouvray, où a eu lieu l'attaque terroriste — Mgr Dominique Lebrun descend, lui, de l'autel après une poignante homélie. Un par un, il embrasse les responsables musulmans alignés dans le chœur. « Vous êtes venus dans notre cathédrale comme bâtisseurs de paix. Vous affirmez ainsi que vous refusez les morts et les violences au nom de Dieu », s'émeut-il avant d'aller étreindre les trois sœurs présentes mardi lors du drame.

 

A Evry, un portrait du père Hamel trône sur un chevalet. Une rose blanche et des bougies l'accompagnent. « Oui, c'est un moment dur. On a perdu un des nôtres. Apaiser la douleur n'est pas facile, même si ce que nous vivons ce matin montre que l'espérance est en marche », confie en aparté le père Bernard tandis que la police quadrille la ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M1903733 il y a 4 mois

    De la poudre aux yeux, ne faites pas confiance à ces gens ils vous poignardent toujours dans le dos.

  • pierry5 il y a 4 mois

    Est-ce qu'il y en a un seul qui croit en cette mascarade.

  • M1531771 il y a 4 mois

    Demain, ceux qui nous enlacent nous égorgeront... c'est aussi simple que cela !