Le supplice de Laëtitia avant de mourir

le
0
La jeune femme, tuée en janvier près de Pornic, a reçu trente coups de couteau avant sa mort. Aucune trace de viol n'a toutefois été détectée. Son meurtrier présumé, Tony Meilhon, est jugé «pleinement responsable de ses actes».

Les circonstances de la mort de Laëtitia Perrais se précisent. La jeune fille de 18 ans, tuée en janvier près de Pornic, en Loire-Atlantique, a été victime «de coups portés au visage et de très nombreuses blessures par arme blanche sur tout le corps, ainsi que d'une strangulation très vraisemblablement à l'origine directe du décès», a révélé mardi le procureur de la République de Nantes, Xavier Ronsin. «Laëtitia a reçu 30 coups de couteaux, dont un, post-mortem, dans le coeur. Elle présentait de nombreuses plaies de défense, main tendue et bras replié», a détaillé l'avocat de la famille d'accueil de Laëtitia, à qui le juge d'instruction a communiqué les résultats de l'enquête. «En revanche, on ne nous a pas parlé de passage à tabac ou d'actes de tortures ou de barbarie, et ils ont insisté sur le fait que cela n'avait pas duré forcément longtemps, il n'y a pas eu de séquestration», a ajouté Me Pascal Rouiller.

Les expertises et les autopsies ont

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant