Le Superjet russe mis en vedette au salon aéronautique de Moscou

le
0
SUCCÈS DU SUPERJET RUSSE AU SALON AÉRONAUTIQUE DE MOSCOU
SUCCÈS DU SUPERJET RUSSE AU SALON AÉRONAUTIQUE DE MOSCOU

JOUKOVSKI, Russie (Reuters) - Le Superjet 100, premier avion civil développé en Russie depuis la chute de l'URSS, a engrangé une série de contrats mardi au premier jour du salon aéronautique de Moscou, le MAKS, illustrant la volonté du Kremlin de relancer le secteur face aux grands constructeurs internationaux.

Le Kremlin s'est fixé pour objectif de porter les ventes d'avions à 250 milliards de dollars (187 milliards d'euros) d'ici 2025.

Un objectif jugé difficile à atteindre par les analystes, d'autant que le Superjet 100, nouveau fleuron du secteur, peine à se remettre des retards accumulés par son développement et au crash qui a marqué l'an dernier un vol d'essai en Indonésie, conséquence d'une erreur de pilotage.

"Pour promouvoir le Superjet 100 à l'étranger, nous allons mettre en oeuvre une série de mesures pour soutenir les exportateurs", a déclaré Dmitri Medvedev, selon des propos cités par l'agence Interfax.

Il assistait sur le salon à un vol du Superjet 100, un avion de 100 places fabriqué par le groupe Soukhoï.

Ce dernier a signé des contrats avec le loueur Iliouchine Finance (IFC) pour 20 appareils, dont 15 destinés à des clients en Asie du sud-est et au Moyen-Orient.

Le constructeur a également signé une commande de six exemplaires avec la compagnie russe UTair Aviation et avec la filiale de crédit-bail de la banque publique VEB.

LA RUSSIE, MARCHÉ PROMETTEUR POUR AIRBUS ET BOEING

Pour favoriser la vente du Superjet 100 sur les marchés étrangers, où il rivalisera principalement avec des avions de Bombardier et du brésilien Embraer, Soukhoï a conclu un accord avec la branche de crédit-bail de la banque publique Sberbank.

La Russie a aussi lancé le développement du MS-21, un avion de 150 places destiné à concurrencer des modèles d'Airbus et de Boeing. Son constructeur, le groupe Irkout, a signé des accords avec VEB Leasing et IFC portant sur 52 exemplaires au total.

De leur côté, les grands du secteur, Airbus, Boeing et le canadien Bombardier attendent une hausse des commandes d'avions sur le marché russe en raison de l'âge avancé des flottes en exploitation et de la hausse du trafic passagers.

"Les trois principaux marchés de remplacement au monde sont les Etats-Unis, l'Europe et la Russie, où beaucoup de vieux avions doivent être mis hors service pour être remplacés par des avions plus efficaces", a expliqué Mike Barnett, directeur du marketing de la division commerciale de Boeing lors d'une conférence de presse lundi.

Airbus, qui a signé mardi un accord de coopération avec le groupe d'industrie et de défense russe Rostec, estime pour sa part que la Russie devrait se classer au sixième rang mondial en termes de demandes d'avions de transport de passagers sur la période 2012-2031, selon son site internet.

Thomas Grove et Megan Davies; Marc Angrand pour le service français

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant