Le «super-procureur» financier déjà critiqué

le
0
Il gérera les affaires financières sensibles, dont sera dépossédé le procureur de Paris.

Le projet de loi Taubira instaurant un grand ordonnateur des poursuites judiciaires pour les affaires financières sensibles, sous la coupe de l'exécutif, fait grincer des dents. «Est-ce une façon de contourner un homme qui fut nommé par la précédente majorité, alors que d'importants dossiers visant Nicolas Sarkozy ou ses équipes sont en cours d'instruction?», interroge un haut magistrat. François Molins, le chef du parquet de Paris, directement concerné, ne commentera pas.

Mercredi dernier, les députés ont adopté le texte en commission des lois. Il viendra en séance publique à l'Assemblée le 19 juin. Objectif déclaré: améliorer l'efficacité de la lutte contre la corruption et la fraude fiscale. Et, surtout, prendre appui sur le scandale Cahuzac pour rebondir... Ce procureur financier aura donc compétence nationale. Son champ d'action: la lutte contre la corruptio...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant