Le sultan de Bruneï dément une offre sur 3 hôtels de Sahara

le
0

18 août (Reuters) - Un porte-parole du sultan de Bruneï a démenti lundi les informations du Wall Street Journal selon lesquelles le souverain aurait présenté une offre de rachat du Plaza Hotel et du Dream Hotel de New York ainsi que de l'hôtel Grosvenor House à Londres. Le site internet du WSJ a rapporté samedi, en citant des sources proches du dossier, qu'une société d'investissement liée au sultanat avait proposé deux milliards de dollars (1,49 milliard d'euros) pour reprendre les trois établissements, que possède pour l'instant le conglomérat indien Sahara. "Ni Sa Majesté, ni l'Agence d'investissement de Bruneï, ni le gouvernement de Bruneï ne sont impliqués de quelque manière que ce soit dans l'achat du Grosvenor House à Londres ou du Plaza et du Dream Downtown à New York", a déclaré un porte-parole du sultan de Bruneï dans un courrier électronique. Subrata Roy, le président de Sahara, négocie la vente de ses hôtels de luxe depuis la prison de New Delhi où il est incarcéré depuis plus de cinq mois après avoir refusé de comparaître devant la justice pour s'expliquer sur le refus de son groupe de rembourser plusieurs milliards de dollars à des investisseurs. Il n'a plus que quelques jours pour s'acquitter d'une caution fixée à 100 milliards de roupies (1,22 milliard d'euros), l'une des plus élevées jamais infligée dans le monde. Dorchester Collection, le groupe d'hôtels que possède le sultan de Bruneï, qui inclut entre autres le Meurice et le Plaza Athénée à Paris, a été visé ces derniers mois par des appels au boycott après la décision du souverain d'instaurer la loi islamique dans son pays. Dorchester a déclaré que ce boycott lui avait coûté plusieurs millions de dollars. (Karen Rebelo à Bangalore,; Marc Angrand pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant