Le suicide, troisième cause de décès dans le monde agricole

le
4
LE MONDE AGRICOLE DUREMENT FRAPPÉ PAR LES SUICIDES
LE MONDE AGRICOLE DUREMENT FRAPPÉ PAR LES SUICIDES

PARIS (Reuters) - Près de 500 suicides ont été recensés parmi les agriculteurs français sur les années 2007, 2008 et 2009, ce qui en fait la troisième cause de décès dans le monde agricole après les cancers et les maladies cardiovasculaires, selon une analyse de l'Institut de veille sanitaire publiée jeudi.

Il s'agit de la première étude de ce type menée par l'InVS, en association avec la Caisse centrale de la mutualité agricole (CCMSA), à la suite d'une série d'études françaises et internationales montrant "un excès de suicides parmi les travailleurs du monde agricole".

Sur les trois années étudiées, 417 suicides sont enregistrés chez les hommes et 68 chez les femmes - soit 485 suicides.

"Un excès significatif de suicides a été observé chez les hommes exploitants agricoles à partir de 2008, comparativement à la population générale de même âge", relève l'inVS.

Le phénomène est marquant chez les hommes entre 45 et 64 ans et plus particulièrement dans les filières d'élevage.

Les difficultés financières sont la première cause invoquée mais l'institut précise que son étude descriptive "ne permet pas de mettre en évidence de relation causale entre l'activité agricole et la surmortalité par suicide observée".

Le ministère de l'Agriculture a lancé en mars 2011 un plan de prévention du suicide dans le monde agricole.

"Les chiffres sont dramatiques" mais "c'est une situation qu'on ne découvre pas, ça fait quelques années qu'on est alertés", a témoigné Dominique Barrau, secrétaire général de la FNSEA, sur i>Télé.

Le syndicaliste agricole identifie trois raisons à ce phénomène : la pression administrative qui s'accentue sur les agriculteurs, la crise économique, avec "une situation très tendue en particulier dans le monde de l'élevage", et l'isolement de certains chefs d'exploitation.

"Quand des difficultés se font jour, quand les problèmes s'accumulent, est-ce qu'on a bien le réflexe d'en parler?", s'est interrogé Dominique Barrau.

Le ministre de l'Agriculture rappelle dans un communiqué qu'un numéro national d'appel, à l'image de SOS Suicide ou SOS Amitiés, sera prochainement ouvert pour les agriculteurs.

Stéphane Le Foll se dit "conscient que la difficulté financière de certains exploitants peut occasionner des situations de détresse".

Sophie Louet, édité par Yves Clarisse

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • LeRaleur le jeudi 10 oct 2013 à 16:02

    Ben voyons, nos agriculteurs se suicident, et tout le fric va aux immigrés. Vous avez voté, vous en avez plein le derche.

  • d.e.s.t. le jeudi 10 oct 2013 à 15:14

    Pas de risque que ça arrive chez les fonctionnaires: un agriculteur travaille au moins deux fois plus, gagne deux fois moins au maximum (je ne parle pas des céréaliers), ne connait pas les arrêts maladies ni les absences injustifiées, touche une retraite deux ou trois fois moins élevée et prend peu ou pas pour beaucoup de vacances!

  • mucius le jeudi 10 oct 2013 à 14:33

    Ca va dramatiser ferme pour toucher du fric!

  • lorant21 le jeudi 10 oct 2013 à 14:16

    plus que chez France-Télécom, dirait-on... mais comme il n'y a pas de syndicat FNSEA chez les journalsites, on n'en parle pas.