Le Sud-Africain Oscar Pistorius condamné à six ans de prison

le , mis à jour à 16:41
0
 (Actualisé avec réactions) 
    par TJ Strydom et Tanisha Heiberg 
    PRETORIA, 6 juillet (Reuters) - L'ancien sportif 
paralympique sud-africain Oscar Pistorius a été condamné 
mercredi à six années de prison pour le meurtre de sa compagne 
Reeva Steenkamp en 2013 et immédiatement incarcéré. 
    Lors du procès en appel, le ministère public avait requis un 
minimum de 15 années de réclusion, comme le prévoit la loi, 
estimant qu'Oscar Pistorius n'avait montré aucun remords. 
    La juge Thokozile Masipa a expliqué mercredi qu'une longue 
peine de prison n'était pas de mise dans cette affaire. 
    "L'opinion publique peut être bruyante et tenace, mais, elle 
n'a pas de rôle à jouer dans la décision de la cour", a déclaré 
la magistrate. "Je suis d'avis qu'une longue peine de prison ne 
servira pas la justice." 
    Oscar Pistorius n'intentera pas de recours contre cette 
sentence, a annoncé l'équipe de ses défenseurs. 
    Il purgera "entre la moitié et les deux tiers de la peine" 
avant de pouvoir faire une demande de libération conditionnelle, 
a déclaré Andrew Fawcett, un de ses avocats. 
    Le ministère public n'a pas dit s'il avait l'intention de 
contester la décision.   
    L'athlète de 29 ans a été amputé des deux jambes au-dessous 
du genoux quand il n'était qu'un nourrisson. Ses avocats avaient 
fait valoir lors du procès en appel que son handicap et son état 
de stress mental devaient être considérés comme autant de 
circonstances atténuantes, ce que la magistrate a largement 
reconnu.     
     
    "UNE INSULTE AUX FEMMES" 
    Oscar Pistorius avait été reconnu coupable de meurtre par la 
cour d'appel en décembre dernier. Il avait été condamné en 
première instance à cinq ans de prison pour homicide par la juge 
Masipa, une peine jugée trop clémente par la famille Steenkamp 
et les associations de défense des droits des femmes. 
    Dans son arrêt mercredi, la juge reconnaît la souffrance de 
la famille Steenkamp et souligne aussi que "la vie de l'accusé 
ne sera également jamais plus la même". C'est "un héros déchu" 
qui "ne pourra jamais être en paix", dit-elle. 
    Oscar Pistorius était sorti de prison en octobre dernier 
après près d'une année derrière les barreaux pour purger le 
restant de sa peine de cinq ans en résidence surveillée chez son 
oncle dans une banlieue aisée de la capitale. 
    Certains groupes de défense des droits de l'homme ont accusé 
Oscar Pistorius, blanc riche et célèbre, d'avoir été traité de 
façon privilégiée en comparaison d'autres accusés n'ayant pas 
son statut. 
    "Passer de 15 ans à six ans dans ces circonstances me semble 
incroyablement généreux pour Oscar", a souligné Paul Hoffmann, 
avocat et dirigeant de l'organisation de défense des droits de 
l'homme Accountability Now. 
    "Il est tout à fait possible qu'après tous les efforts 
engagés dans la procédure, Gerrie Nel (le procureur chargé de 
l'accusation NDLR) tente de relancer l'affaire pour obtenir un 
verdict pour lourd", a-t-il dit. 
    Des membres de l'ANCWL, la Ligue des femmes du Congrès 
national africain (ANC) au pouvoir, qui ont assisté au procès 
pour soutenir Steenkamp, ont estimé que la peine de six ans de 
prison décidée par la juste était insuffisante.  
    "D'abord cinq ans, maintenant six ans ? C'est gênant pour le 
système judiciaire", a déclaré Jacqueline Mofokeng, porte-parole 
de l'ANCWL. "C'est une insulte aux femmes de ce pays." 
    Devant le tribunal, un groupe de manifestants brandissaient 
des pancartes en soutien au sportif condamné. "Rendez je vous en 
prix sa liberté à Oscar", disait l'une d'entre elles. 
 
 (James Macharia; Tangi Salaün, Danielle Rouquié et Nicolas 
Delame pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant