Le succès de Trump, défaite de la "pensée unique" pour Sarkozy

le
9
    PARIS, 9 novembre (Reuters) - Nicolas Sarkozy, candidat à la 
primaire de la droite française, a présenté mercredi l'accession 
de Donald Trump à la présidence des Etats-Unis comme une défaite 
de la "pensée unique" dont il faudra tirer les conclusions en 
France.  
    "C'est un choix qui doit être respecté", a déclaré l'ancien 
chef de l'Etat lors d'une conférence de presse organisée au 
lendemain du scrutin américain, qui s'est soldé par la victoire 
du Républicain face à la démocrate Hillary Clinton, pourtant 
donnée favorite. 
    "Le message du peuple américain doit être entendu. Comme le 
choix du Brexit (la sortie de l'Union européenne-NDLR) par les 
Britanniques, il exprime une volonté de changement, il exprime 
le refus dune pensée unique qui interdit tout débat sur les 
dangers qui menacent notre nation", a-t-il ajouté. 
    Nicolas Sarkozy a ensuite poursuivi son réquisitoire contre 
"cette pensée unique qui refuse de voir la réalité du rejet d'un 
commerce mondial, qui n'est ni loyal, ni équitable, cette pensée 
unique qui ne voit pas l'exigence des peuples quant à la 
maîtrise de l'immigration et au respect des frontières, cette 
pensée qui ignore la nécessité des mesures difficiles qu'il y a 
à prendre pour protéger les citoyens du terrorisme islamiste." 
    Ce faisant, l'ex-président a dressé sans le dire un 
parallèle avec sa propre campagne pour l'investiture 
présidentielle en vue de 2017. 
    Depuis sa déclaration de candidature à la fin du mois 
d'août, Nicolas Sarkozy campe le rôle du porte-parole d'une 
"majorité silencieuse" sous le joug des "élites" et du champion 
de la lutte contre le "déclassement", tout en étrillant son 
successeur à l'Elysée, François Hollande.    
    "Les temps vont être durs, la France doit jouer son rôle, 
doit rétablir son autorité", a dit l'ancien président des 
Républicains (LR) lors de cette même conférence de presse. "Ma 
conviction, c'est qu'il n'y aura pas de place pour 
l'impuissance, pour la faiblesse, et pour le renoncement."  
    "La démocratie, c'est l'écoute des peuples, le peuple 
américain a parlé. Sachons nous aussi en tirer maintenant toutes 
les conséquences", a-t-il conclu. 
    A l'image d'Eric Ciotti, qui s'est exprimé sur Twitter, les 
fidèles de Nicolas Sarkozy ont également réagi à la victoire de 
Donald Trump, perçue comme un présage favorable en vue du duel 
avec Alain Juppé, pour l'heure favori de la primaire. 
    "La victoire de (Donald Trump) rappelle qu'en démocratie un 
président est élu et pas choisi par les médias et les sondeurs", 
a écrit le député des Alpes-Maritimes.    
 
 (Simon Carraud, édité par Sophie Louet) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M1461628 il y a 7 mois

    Sarkozy est une malédiction partout t ou il passe il sème le trouble, la confusion par ses pratiques douteuses et souvent des trous dans la caisse .....A qui profites le crime souvent à ses amis .....Buisson,Guéant ,Squarcini , Djouhri,,Balkany etc.....décidément ça pue trop autour de NS

  • JODHY il y a 7 mois

    a lui reprocher ses talonnettes et son bling bling , va y avoir des surprises en France aussi

  • M1461628 il y a 7 mois

    Méchants les sondeurs ?Au final, les enquêteurs ont retrouvé trace de 235 sondages achetés par le cabinet de Patrick Buisson et revendus à la présidence Sarkozy entre 2007 et 2009, avec un bénéfice pour Publifact de 1,4 million d'euros. L'ancien conseiller venu de l'extrême droite a été mis en examen pour détournement de fonds publics …..

  • M1461628 il y a 7 mois

    "La victoire de (Donald Trump) rappelle qu'en démocratie un président est élu et pas choisi par les médias et les sondeurs", a écrit le député des Alpes-Maritimes.

  • M1461628 il y a 7 mois

    Un candidat doublement mis en examen en rempart du FN….Soyons sérieux !!!

  • M1461628 il y a 7 mois

    Je ne cherche pas la bénédiction du petit Paris mondain, je cherche la résurrection du peuple de France.", il dénonce les méchants bobos de gauche et se veut le défenseur de la classe moyenne contre le déclassement.....Drôle si ce n'était une nouvelle manipulation de campagne pathétique de Sarkosy le défenseur des français qui souffrent par celui qui habite Villa Montmorency Paris 16ème, quartier très privé des grosses fortunes ......Très très loin de la France qui souffre...au fonds il méprise

  • M1461628 il y a 7 mois

    Depuis sa déclaration de candidature à la fin du mois d'août, Nicolas Sarkozy campe le rôle du porte-parole d'une "majorité silencieuse" sous le joug des "élites" et du champion de la lutte contre le "déclassement", tout en étrillant son successeur à l'Elysée, François Hollande.

  • byscotte il y a 7 mois

    Et futur défaite pour lui même et Juppé ! Marine peut commencer à avoir le sourire . Espoir de voir enfin cette Gauche et cette droite balayés du circuit pour 5 ans minimun !

  • coco123 il y a 7 mois

    non c c est grace a la politique de l échec et de la révolte des classes sociales ...notre tour viendra .