Le style de Michèle Alliot-Marie s'impose au Quai d'Orsay

le
0
Après Bernard Kouchner, la rupture est nette au ministère des Affaires étrangères. Question de tempérament, de filiation.

Cela est dit et redit par l'intéressée et son entourage : Michèle Alliot-Marie ne critique jamais son prédécesseur. Cela n'empêche pas les langues de se délier au Quai d'Orsay, d'autant mieux que la nostalgie n'y est guère de mise : personne ne regrette les longs mois où le ministère des Affaires étrangères a été comme un navire sans capitaine - «une véritable agonie», soupire un diplomate. Les faits, eux aussi, parlent d'eux-mêmes tant la nouvelle titulaire du poste, depuis novembre dernier, tranche par sa personnalité avec l'ex-French doctor. «Autant ce dernier était monté sur ressorts, impulsif et imprévisible, autant la première est carrée, réfléchie et maîtrisée», commente un directeur. Lorsqu'elle s'envole à bord d'un Falcon de la République pour rencontrer un homologue étranger, Mme le ministre d'État (elle préfère l'emploi du masculin) se plonge dans ses dossiers, prépare longuement les entretiens avec ses collaborateurs et s'en tient à

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant