Le streaming a le vent en poupe, sans encore compenser la crise du disque

le
0
Le streaming a le vent en poupe, sans encore compenser la crise du disque
Le streaming a le vent en poupe, sans encore compenser la crise du disque

L'année 2014 a confirmé l'émergence du streaming comme nouveau mode de consommation de la musique même si cette pratique est encore loin de compenser la baisse quasi-continue du marché du disque depuis douze ans.Le marché de la musique enregistrée, après une année 2013 atypique en légère hausse, a renoué avec la baisse (-5,3%) en 2014, a indiqué mardi le Snep, principal syndicat des producteurs, en présentant son bilan annuel.Ce nouveau fléchissement du chiffre d'affaires du secteur du disque en France (570 millions d'euros en 2014) est d'abord dû à la baisse de 11,5% des revenus des ventes physiques (CD, DVD, vinyles), qui représentent la grande majorité de la vente de musique (71% contre 29% pour le numérique).La baisse des revenus de l'industrie musicale est une tendance lourde depuis douze ans. Hors "droits voisins", c'est-à-dire les droits de reproduction pour copie privée et les droits de diffusion télé et radio (soit 112 M EUR en 2014), le marché a perdu "près de 65% de sa valeur depuis 2002" où il atteignait 1,3 milliard d'euros, souligne le Snep."Perdre 65% en 12 ans, c'est quelque chose d'assez brutal, qui n'a d'équivalent dans aucun autre secteur", a rappelé devant la presse Guillaume Leblanc, directeur général du syndicat des producteurs.L'année 2013 et son petit "rebond" n'apparaît donc que comme un épiphénomène, du notamment aux succès exceptionnels de Stromae, de Maître Gims ou de Daft Punk. Au-delà d'éventuels albums à succès, les maisons de disques attendent surtout l'éclaircie des revenus du numérique et en particulier de ceux générés par le streaming, modèle en forte croissance en 2014 par rapport à 2013 (+34%). - Davantage de nouveautés à la radio - Le streaming, qui repose sur l'accès à un catalogue de titres quasiment illimité via des plateformes d'écoute, génère des revenus par la publicité dans les modèles gratuits et par les abonnements dans ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant