«Le stock de grands appartements à vendre augmente à Paris»

le
1
Ils sont mis en vente par des entrepreneurs et des cadres supérieurs de grands groupes en route vers des cieux fiscaux plus cléments.

Le Figaro Magazine - Comment se passe la rentrée? Les prix sont-ils plus raisonnables?

Charles-Marie Jottras, président du groupe immobilier Féau.
Charles-Marie Jottras, président du groupe immobilier Féau.

Charles-Marie Jottras, président du groupe immobilier Féau. Crédits photo : ARNAUD ROBIN/Le Figaro Magazine

Charles-Marie Jottras - Les prix se sont tassés. Les petites augmentations annoncées sur le marché parisien ne correspondent pas à ce que nous observons depuis quelques mois. Le prix des grands appartements des beaux quartiers a baissé de 3 à 5 % par rapport aux sommets atteints en 2011. Sur les appartements bourgeois courants, le recul des prix peut même être légèrement supérieur. Des biens de 150 à 200 m² en étage moyen que nous vendions autour de 10.500 ¤/m² Plaine Monceau se cèdent maintenant autour de 10.000 ¤/m², voire un peu moins. Les acheteurs sont moins nombreux qu'il y a un an et ils ont davantage de choix.

Les acheteurs étrangers sont-ils toujours aussi présents?

Les très beaux biens sont un peu moins touchés que les autres. Certains étrangers ont certes mis en vente leur appartement en liaison avec les annonces fiscales, d'autres ont renoncé à leur achat, mais le phénomène reste assez marginal.

Le tour de vis fiscal a-t-il d'autres effets?

Ce qui est frappant, ce sont les effets de l'annonce d'un impôt de 75 % et surtout des projets d'augmentation de la taxation des dividendes et des plus-values sur les valeurs mobilières. Nous observons un changement du profil des Français qui nous donnent leurs biens à vendre pour partir à l'étranger. Auparavant il s'agissait surtout de riches inactifs - parfois d'un certain âge - alors que nous sommes aujourd'hui sollicités par des entrepreneurs et des actionnaires actifs qui vendent leur résidence principale ; nous voyons aussi des managers de groupes français dont l'activité est internationale et dont les centres de décision se délocalisent à Londres, Genève, Singapour ou ailleurs. Nous n'avions jamais connu un mouvement de chefs d'entreprise de cette ampleur.

LIRE AUSSI:

» Immobilier: la nouvelle donne parisienne

» La France moins accueillante pour les non-résidents

SERVICE:

» Retrouvez les annonces sur Paris et dans toute la France avec Explorimmo

SUIVEZ LE FIGARO IMMOBILIER SUR:

» Twitter: @LeFigaro_Immo

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • mfouche2 le mercredi 26 sept 2012 à 15:03

    le krach immobilier , c'est maintenant