Le Stif veut une taxe pour financer les transports franciliens

le
2
LE STIF VEUT UNE TAXE POUR FINANCER LES TRANSPORTS FRANCILIENS
LE STIF VEUT UNE TAXE POUR FINANCER LES TRANSPORTS FRANCILIENS

PARIS (Reuters) - Le Syndicat des transports d'Ile-de-France (Stif) souhaite la mise en oeuvre d'une nouvelle taxe de séjour dans la région afin de financer les projets prévus dans le cadre du développement du Grand Paris.

Dans un texte, voté jeudi par 18 voix pour, trois contre et quatre abstentions, le conseil d'administration souligne que "l'Etat n'a pas encore confirmé les engagements financiers" pris en mars 2013 lors de la présentation du Nouveau Grand Paris.

"Ces engagements portent à la fois sur l'engagement budgétaire de l'Etat et sur l'identification de 150 millions d'euros par an de nouvelles ressources régionales", dit encore le texte.

Le Stif invite l'Etat à confirmer ses engagements avant son prochain conseil d'administration, dans un mois, et demande "la création d'une taxe de séjour régionale de deux euros par nuitée dédiée au financement des transports collectifs qui permettrait de dégager de l'ordre de 140 millions d'euros par an".

Cette estimation à la fréquentation touristique dans la Région, où 68,3 millions de nuitées hôtelières ont été recensées en 2012 par le comité régional du tourisme.

Une taxe de ce type avait fait l'objet en fin d'année dernière d'un amendement du député socialiste Olivier Faure au projet de loi de finances 2014, finalement retiré.

"Une taxe régionale de séjour de deux euros par nuit constituerait la piste la plus adéquate, mettant à contribution de manière marginale les touristes pour le financement des transports collectifs", souligne le Stif.

Selon le gestionnaire des transports franciliens, l'absence de garanties fait peser un risque sur les chantiers tel que le prolongement de la ligne de RER E jusqu'à Mantes-la-Jolie (Yvelines), un projet estimé à 3,3 milliards d'euros dont la SNCF et RFF sont maîtres d'ouvrage.

Le financement, supporté principalement par Région et l'Etat, doit être validé cet été pour un lancement des travaux l'an prochain.

Le voeu du Stif donne mandat à son président, qui est aussi celui de la Région, Jean-Paul Huchon, pour aller obtenir les garanties de financement auprès de l'Etat.

Le projet de métropole francilienne repose pour l'essentiel sur un volet "Nouveau Grand Paris des transports" qui porte sur un coût total projeté de 22,625 milliards d'euros, sans inclure le prolongement du RER E.

(Gregory Blachier)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M4426670 le vendredi 6 juin 2014 à 12:13

    Et pour ceux qui font l'amour, ce sera 4€.......

  • M4426670 le vendredi 6 juin 2014 à 12:11

    Et encore une de plus! L'article oublie (hasard ?) de dire que les entreprises participent également aux financement des transports en Ile de France, donc le Stif! Qu'ils arrètent les voyages de promotion à l'étranger et la Région pourra rémplir ces obligations.......