"Le statut étudiant-entrepreneur proposé par le gouvernement n'est que symbolique"

le
1
Benjamin Suchar, membre fondateur du mouvement des Moineaux, représente plusieurs milliers d'entrepreneurs fédérés grâce aux réseaux sociaux.
Benjamin Suchar, membre fondateur du mouvement des Moineaux, représente plusieurs milliers d'entrepreneurs fédérés grâce aux réseaux sociaux.

Alors que le gouvernement vient d'annoncer la création d'un statut étudiant-entrepreneur pour la rentrée 2014, Benjamin Suchar, entrepreneur et membre fondateur des Moineaux (un mouvement dédié à la parole des entrepreneurs), fait part de ses doutes quant à la réelle efficacité de cette mesure, selon lui, plus symbolique que concrète. Interview.

Le Point.fr : Le statut étudiant-entrepreneur proposé par le gouvernement est destiné à simplifier les démarches administratives des étudiants qui souhaitent créer leur boîte pendant leurs études. En êtes-vous satisfait ?Benjamin Suchar : Il s'agit d'un statut avant tout symbolique. C'est positif, car il permet de mettre en avant les jeunes entrepreneurs. Mais on est plus dans l'effet d'annonce que dans le concret. En effet, si le statut permet désormais aux étudiants-entrepreneurs de conserver leurs avantages sociaux un an après la fin de leurs études, et donc de légitimer une situation qui existait déjà de fait (beaucoup d'étudiants-entrepreneurs s'inscrivaient une année de plus à l'université pour conserver leurs avantages, sans pour autant y suivre des cours), il ne répond pas du tout à la problématique principale rencontrée par les entrepreneurs, à savoir le cumul des cotisations. Contrairement aux apparences, le statut étudiant-entrepreneur ne remet pas en cause l'obligation de cotiser à la fois pour la sécurité sociale étudiante et pour l'Urssaf, avec des...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • glbt38 le jeudi 26 juin 2014 à 09:48

    Hollande, des mesures symboliques et des actes désastreux.