Le Stade Français si loin de l'exploit

le
0

Le Stade Français s'est logiquement incliné face à Leicester (41-13) en quart de finale de Champions Cup. Les Parisiens ont reçu une véritable correction de la part des Tigers en très grande forme. Les joueurs de Gonzalo Quesada, transpercés en défense à de nombreuses reprises, sont passés à côté de leur rendez-vous européen.

Le debrief

Début de match catastrophique pour le Stade Français. Sur un jeu au pied d’occupation anglais, Djibril Camara a cafouillé et est sorti en touche avec le ballon à cinq mètres de l’en-but. Freddie Burns a vite joué la touche et a servi Manu Tuilagi. Le centre anglais a profité des errements de la défense parisienne et n’avait plus qu’à aplatir sous les poteaux. Les Parisiens ne pouvaient pas plus mal démarrer leur quart de finale. Les hommes de Gonzalo Quesada ont continué à se battre et ont profité de leur supériorité en mêlée ainsi que de l’indiscipline anglaise pour rester dans le match avec six points marqué par Morné Steyn. Mais l’ouvreur des Tigers a aussi marqué une pénalité. Alors que Leicester a quatre points d’avance, les ennuis parisiens commencent. Même s’ils ont eu la possession, ils ont buté sur une défense anglaise montant régulièrement en pointe. Sur une séquence des locaux, l’ailier Vereniki Goneva a été servi en bout de ligne et a profité de la mauvaise défense de Waisea avant de prendre Dupuy sur le crochet intérieur pour filer à l’essai. Deux minutes plus tard, Freddie Burns a intercepté une passe de Morné Steyn et s’en est allé marquer sans opposition. Cruel pour des Parisiens qui n’ont essayé d’envoyer du jeu dans ce premier acte mais qui ont été bien trop naïfs en défense. Au retour des vestiaires, les coéquipiers de Sergio Parisse ont voulu continuer à y croire. Après plusieurs mêlées à répétition, Dupuy a profité d’une défense anglaise montant en pointe pour marquer un essai de filou. L’ancien Tiger a failli jouer un bien vilain tour à son ancien club mais les espoirs français n’ont pas duré longtemps. Dans la foulée, Goneva s’est échappé une nouvelle fois en bout de ligne et a marqué un essai redonnant de l’air aux Anglais. Leicester a continué sur sa lancée puisque Fitzgerald a aplati en coin sur une passe altruiste de Goneva, portant l’écart à 23 points. Le match a tourné ensuite à la correction. Telusa Veainu a trouvé une brèche dans la défense, a raffuté et a mystifié Jules Plisson, rentré à la 50eme. La défense parisienne n’y était vraiment pas dans ce match. Concédant au total six essais, le Stade Français n’a jamais pu réellement rivaliser et s’inclinent largement à Leicester (41-13). La marche était trop haute pour les hommes de Gonzalo Quesada. Les Tigers recevront en demi-finale le Racing 92 vainqueur de Toulon (19-16).

Le joueur qui a crevé l’écran

BURNS a été particulièrement en vue sur la pelouse de Welford Road. L’ouvreur international anglais s’est montré à son aise face aux perches mais aussi dans le jeu courant. Il a notamment marqué un essai après avoir intercepté une passe de son vis-à-vis Morné Steyn et a aussi donné un ballon d’essai à Tuilagi d’entrée de match. Mais le demi d’ouverture a dû céder sa place sur blessure en seconde mi-temps.

Le tweet qui nous a fait rigoler

D'habitude dans des cas comme ça, on achève la bête pour pas qu'elle souffre. #LEISFP

— greub (@greub1) 10 avril 2016

La phrase à chaud à retenir

« Nous avons réalisé une entame très compliquée. On s’est fait déborder de partout. Nous avons essayé de se battre mais cette équipe de Leicester était meilleure. » (Raphaël Lakafia – Stade Français, au micro de beIN Sports)

La stat dont on se souviendra

523. Comme le nombre de mètres parcourus ballon en main par Leicester. A titre de comparaison, les Parisiens n’en n’ont fait que 258.

Les joueurs à la loupe

Leicester GONEVA, auteur de deux essais, s’est montré à son avantage cassant la ligne de défense parisienne à de nombreuses reprises. TUILAGI a marqué le premier essai mais a surtout pesé de tout son poids au centre du terrain. YOUNGS a bien mené le jeu de son équipe tandis qu’AYERZA a été en difficulté en mêlée. Enfin, TAIT a été discret en début de match avant de monter en puissance. Stade Français SLIMANI a fait souffrir son vis-à-vis argentin dans les phases de mêlée mais a été moins bon dans le jeu courant. Titularisé à l’ouverture, STEYN est passé à côté de son match, se faisant même intercepté sur l’essai de Burns. CAMARA a lui aussi connu une après-midi difficile. L’arrière est coupable sur le premier essai marqué par les Tigers. Enfin, l’expérience de DUPUY, malgré son essai de filou, n’a pas assez pesé dans ce quart de finale de Champions Cup.  

La feuille de match

CHAMPIONS CUP (QUARTS DE FINALE) / LEICESTER– STADE FRANCAIS : 41-13

Welford Road (26 000 spectateurs environ) Temps sec - Pelouse correcte Arbitre : N. Owens Essais : Tuilagi (3eme), Goneva (31eme, 45eme), Burns (34eme), Fitzgerald (60eme), Veainu (66eme) pour Leicester – Dupuy (43eme) pour le Stade Français Transformations : Burns (3eme, 31eme, 34eme, 45eme) pour Leicester - Steyn (43eme) pour le Stade Français Pénalités : Burns (16eme,) pour Leicester – Steyn (8eme, 25eme) pour le Stade Français Drops : Aucun Carton jaune : Aucun Cartons rouges : Aucun Leicester Tait - Veainu, Betham, Tuilagi, Goneva - (o) Burns, (m) Youngs (cap) - O’Connor, McCaffrey, Fitzgerald - Kitchener, Barrow - Cole, Thacker, Ayerza Entraîneur : R. Cockerill Stade Français Camara – Waisea, Doumayrou, Danty, Sinzelle – (o) Steyn, (m) Dupuy – Lakafia, Parisse (cap), Ross – Flanquart, Pyle – Slimani, Bonfils, Zhvania Entraîneur : G. Quesada
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant