Le spleen de Yaya

le
0
Le spleen de Yaya
Le spleen de Yaya

Sur le banc il y a deux semaines à domicile, dépassé depuis plusieurs rencontres dans le jeu, Yaya Touré étire son mal-être hors du terrain et tire sans compter contre tout ce qui dépasse. De la CAF à la presse anglaise, Yaya a perdu son sourire.

Il faut le voir marcher sur la pelouse. Du haut de son mètre quatre-vingt-onze, avec toujours la même expression. Il ne cesse de le répéter, de plus en plus fort, ce n'est pas un homme heureux. En octobre dernier, il se livrait même en profondeur sur son mal-être personnel dans les colonnes de L'Equipe : "Quand les choses sont faites positivement, c'est-à-dire dans le sens de faire avancer les choses, cela m'intéresse beaucoup. Mais ici en Angleterre, ce n'est pas le cas. (…) J'ai gagné des titres, beaucoup d'argent, mais je ne suis pas heureux." Voilà où en est aujourd'hui Yaya Touré. Il n'a que trente-deux ans mais personne ne sait où il va. Pas même lui. Il y a quelques jours, son agent, Dimitri Seluk, a repris la parole dans le soufre d'une nouvelle polémique entourant le milieu de Manchester City : "Il ne bougera pas en janvier. Par contre, les choses pourraient évoluer cet été. On est prêt à écouter toutes les offres qui seront transmises pour Yaya." L'Ivoirien, lui, alterne entre le bon et le moins bon lorsqu'il entre sur le pré. Contre Crystal Palace, le 16 janvier dernier, Manuel Pellegrini l'a même calé sur le banc. Son boulard XXL avec.

Le mal aimé


La scène est assez révélatrice. Il y a quelques semaines, sur une scène de Abuja, la capitale fédérale du Nigeria. Yaya Touré est debout, à gauche de Pierre-Emerick Aubameyang et sa veste léopard alors que de l'autre côté Dédé Ayew a la tête baissée et affiche un sourire gêné. L'attaquant du Borussia Dortmund vient d'être nommé Joueur africain de l'année avec derrière lui 34 buts depuis l'été 2014. Quelques minutes plus tôt, Juliet Ibrahim venait d'annoncer que la seconde place était attribuée à Yaya Touré, quadruple tenant du titre. On sent l'Ivoirien touché comme un gosse. Face à la presse, il précise sa pensée : "Je crois que c'est ce qui fait la honte de l'Afrique. Se comporter de la sorte, c'est indécent ! Mais qu'est ce qu'on peut faire ? Nous, les Africains, nous ne montrons pas que l'Afrique est importante à nos yeux. Nous privilégions plus l'extérieur que notre propre continent. C'est lamentable. (…) Normalement, quand vous gagnez une CAN et que vous êtes nommé parmi les 23 meilleurs joueurs du monde, que vous êtes second, pourquoi voulez-vous que je me taise ?"

Pire, le capitaine de la Côte d'Ivoire s'emporte et s'en…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant