Le spectre du référendum plane sur le PS

le
0
Les socialistes assurent avoir dépassé leurs divisions sur l'Europe, datant de 2005.

Parmi les nombreux cauchemars qui hantent encore le PS aujourd'hui, il en est un que le sommet de Bruxelles ravive tout particulièrement. Celui du référendum sur le traité de Constitution européenne, lorsque, en 2005, le parti s'était fracturé entre le oui et le non, créant pour longtemps deux camps irréconciliables. Premier secrétaire du PS à l'époque, François Hollande en garde encore aujourd'hui un souvenir amer. Et sait bien que des concessions qu'il parviendra, ou pas, à arracher à Angela Merkel, dépendra aussi l'état du parti qui l'a porté au pouvoir.

Pour l'heure, personne n'imagine voir se réveiller ce clivage profond, et la position du président de la République est soutenue par tout le PS. «Il n'y a pas de risque de résurgence de la fracture de 2005, assure le numéro deux du parti, Harlem Désir. Nous avons une approche commune qui est de ne pas s'opposer à un pas supplémentaire dans l'intégration politique». Sur l'aile gauche du parti, on approuve

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant