Le spectre d'un nouveau krach plane

le , mis à jour à 09:29
11
Le spectre d'un nouveau krach plane
Le spectre d'un nouveau krach plane

Des tradeurs se prenant la tête entre les mains, scrutant sur des écrans des courbes plongeantes... C'est la traditionnelle image de la crise financière. Elle a fait la une de tous les journaux en 2008, lorsque la banque Lehman Brothers a mis la clé sous la porte, entraînant le monde dans la pire crise économique depuis celle de 1929. Allons-nous bientôt revivre cette scène ?

La perspective d'un nouveau krach n'est pas à prendre à la légère. En témoigne l'incroyable épisode de lundi en Chine. Pour leur première séance de l'année 2016, les Bourses chinoises se sont offert une gigantesque dégringolade. Après s'être effondrées de près de 7 %, les places de Shanghai et de Shenzhen ont tout simplement fermé. La contagion a été immédiate : Paris, Londres, Wall Street, Francfort... Les autres Bourses ont plongé, avant de se reprendre et de terminer, mardi, peu ou prou, en légère progression.

La fin de l'«argent gratuit»

La Chine serait-elle le maillon faible ? « C'est la deuxième alerte sérieuse dans ce pays, rappelle Christian de Boissieu, professeur d'économie à l'université Paris-I. En août, nous avions déjà observé un phénomène similaire. » Et de préciser : « L'instabilité viendra en premier lieu des pays émergents. » D'autant que le ciel s'assombrit au-dessus de ces économies, moteurs de la croissance mondiale : ralentissement économique, baisse des prix des matières premières...

D'ailleurs, la patronne du FMI a tiré la sonnette d'alarme le 30 décembre. La croissance mondiale sera « décevante et inégale » en 2016, a averti Christine Lagarde. Un changement d'ampleur attend aussi la planète finance. Après plusieurs années de baisse continue des taux d'intérêt, la banque centrale américaine s'apprête à les remonter légèrement, mettant fin à la politique de taux zéro, et donc de l'argent gratuit. De quoi chambouler l'économie mondiale encore fébrile. C'est ce qu'anticipe ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • mikkaela il y a 11 mois

    Bien vu miemmon4, ceci est vrai, la spéculation est reine on voit des valeurs monter en fléche pour pas grand chose. Les fonds vont et viennent à grande vitesse et faussent tout

  • M8252219 il y a 11 mois

    achetez au son du canon vendez au son du violon.

  • akelacca il y a 11 mois

    il faudrait peut être revoir la définition d'un krach, une baisse progressive n'est pas un krach, et c'est plus cela qui ce produit en ce moment même si il y a quelques fortes variations. A cette période de l'année, si les résultats des sociétés sont correctes, alors il ne peut pas y avoir de krach car la part du fondamentale est plus importante que la part de l'analyse technique lors de l'annonce de résultat.

  • ericlyon il y a 11 mois

    Rien n'arrête les spéculateurs dans l'information destinée à déstabiliser le marché afin de créer de la volatilité qui leur permettra des aller-retour fructueux. La bourse ne doit plus être le territoire des joueurs et redevenir celui des investisseurs.

  • mlemonn4 il y a 11 mois

    L'irresponsabilité des banques centrales d'avoir inonder les marchés financiers de liquidités devenues spéculatives provoquent aujourd'hui des séismes régionaux avec un effet cascade amplifiant des sorties de capitaux des pays émergents par les spéculateurs, après y avoir mis le feu; ils cherchent un nouveau terrain de chasse; pendnat ce temps là, tous nos experts qualifiés vous expliquent que c'est à cause du ralentissement de la croissance de ces pays! nous serions tous heureux de l'avoir!

  • dotcom1 il y a 11 mois

    Le Parisien, grand journal de référence de la finance internationale. LOL

  • M5441845 il y a 11 mois

    Ce qui peut inquiéter c'est qu'en cas de Krach on n'a aucune bouée de sauvetage. Les taux sont a zéro, on est en plein QE... A part aller ponctionner directement les comptes bancaires, on ne voit pas qu'est ce qu'on pourra faire.

  • M5441845 il y a 11 mois

    Si Krach, il y a, le moins qu'on puisse dire c'est que ce ne sera pas une surprise. La seule surprise est qu'il ne soit pas arrivé plus tôt tant on a laissé s'accumuler les déséquilibres. Une partie du Krach s'est d'ailleurs déjà faite en 2015 (au moins sur le pétrole). Soyons positifs, si il y a un krach sur le CAC40, il fera moins mal que les précédents parce qu' on part de moins haut. Si on doit retomber à 3000, en partant de 4600, ça fait moins mal que quand on part de 6000.

  • Road40 il y a 11 mois

    tout le monde sait mais personne ne n'agit ...notre systeme est a bout de souffle et tel un rubik cube , si on a pas la bonne methode , ca risuqe de durer longtemps , très longtemps .

  • remimar3 il y a 11 mois

    C'était visible depuis la mi 2015. De plus l'argent n'était gratuit que pour les états cigales, les banques et les lanceurs de LBO. Sachant que les états dépensent mais n'améliorent pas leur fonctionnement interne, que les banques sont tiraillées entre distribution de dividendes et respect de Bâle III, que les LBO ne servent qu'à créer du chômage au prétexte de synergies ainsi qu'à augmenter les factures des clients pour rembourser la dette, je ne vois pas comment cet "argent gratuit" est utile.