Le sort de Marc Jacobs chez Louis Vuitton bientôt scellé

le
0
LE SORT DE MARC JACOBS CHEZ LOUIS VUITTON BIENTÔT SCELLÉ
LE SORT DE MARC JACOBS CHEZ LOUIS VUITTON BIENTÔT SCELLÉ

par Pascale Denis

PARIS (Reuters) - Le sort de Marc Jacobs à la tête de la création de Louis Vuitton, la marque phare du groupe LVMH, sera bientôt scellé, son contrat à la tête de la création du malletier, qui arrive à échéance en octobre, pouvant ne pas être renouvelé.

"Son contrat pourrait ne pas être renouvelé", a déclaré une source industrielle sous couvert d'anonymat, sans plus de précision.

Selon le magazine Challenge, le départ du styliste américain serait d'ores et déjà "acté".

Contactée, la direction de Louis Vuitton se refusait à tout commentaire.

Plusieurs noms circulent depuis longtemps pour le remplacement de Marc Jacobs, à commencer par celui de Nicolas Ghesquière, qui a quitté Balenciaga (groupe Kering) il y a près d'un an et qui est très proche de Delphine Arnault, fille de Bernard Arnault, PDG de LVMH, nommée numéro deux de Louis Vuitton en juin.

Le défilé de prêt-à-porter de la griffe, prévu le 2 octobre dans le cadre de la "fashion week" parisienne, pourrait donc être le dernier signé Marc Jacobs.

"Marc Jacobs a effectué un travail formidable chez Vuitton, mais je pense qu'il faut aujourd'hui recadrer la proposition, en maroquinerie comme en mode, qui a d'ailleurs jusqu'ici surtout consisté à mettre en valeur les sacs", note un expert du secteur qui a souhaité garder l'anonymat.

Sous la houlette de son ancien PDG Yves Carcelle, Marc Jacobs, entré chez Louis Vuitton en 1997, a contribué au formidable développement de ce qui était autrefois une petite marque de maroquinerie sage et bourgeoise.

La griffe, qui a multiplié ses ventes par plus de dix en dix ans, pèse aujourd'hui plus de 7,0 milliards d'euros de chiffre d'affaires et compte pour plus de la moitié de la rentabilité du groupe LVMH.

Mais sa taille devenue considérable constitue aujourd'hui un défi, face à une demande de produits de luxe plus exclusifs émanant d'une clientèle lassée de produits jugés peu distinctifs.

La griffe entend rattraper son retard sur le créneau des sacs en cuir haut de gamme et sans logos, qui constitue aujourd'hui le coeur de la demande du marché, et les premiers sacs lancés cet été semblent être un succès.

Pour accélérer le pas et apporter un nouveau souffle créatif aux produits en cuir, Delphine Arnault vient d'engager le styliste italo-canadien Darren Spaziani, déjà passé chez Vuitton et chez Balenciaga.

Outre ses fonctions chez Louis Vuitton, Marc Jacobs est très lié au groupe LVMH, qui contrôle la marque de prêt-à-porter qui porte son nom et qui vient de lancer aux Etats-Unis une gamme de cosmétiques baptisés "Marc Jacobs Beauty", distribués chez Sephora, la chaîne de parfumeries du groupe.

A la Bourse de Paris, le titre LVMH recule de 1,1% à 146,85 euros à la Bourse de Paris vers 15h45, dans un marché en baisse de 0,3%.

Edité par Jean-Michel Bélot

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant