Le sondage IFOP-UFF souligne l'attachement des français à l'immobilier

le
0

L'UFF livre les enseignements de son dernier sondage. L'immobilier de rendement reste un placement bien ancré chez les Français. Avec la disponibilité des fonds et le rendement, le critère fiscal arrive dans le peloton de tête de leurs exigences. La notion de risque perd en revanche un peu de terrain.

A la demande de l'UFF, l'IFOP réalise chaque année un sondage afin de suivre et identifier l’évolution des attentes des épargnants. Le dernier cru dévoile un comportement des investisseurs davantage proactifs. Ils s'impliquent plus dans la gestion de leur épargne et s'informent régulièrement. Le deuxième enseignement montre que le couple rendement/risque reste au cœur des décisions d'investissement mais l'aspect fiscal revêt une importance accrue. En terme de hiérarchie, la liquidité des fonds occupe toujours la première place. Malgré tout ce critère perd de l'importance aux yeux des investisseurs. Il concerne 56 % des sondés contre 62 % voilà 1 an.

Dans un contexte d'alourdissement de la fiscalité tout azimut, les avantages fiscaux gagnent eux, du terrain et se hissent au second rang en gagnant 6 points (51 % des sondés contre 45 % en 2012). Suivent ensuite le rendement (49%), la régularité de la performance (45%) et le niveau de risque (42 %).

Autre leçon, les épargnants sont attachés à l'immobilier mais ont une mauvaise image des propositions « Duflot ». Plus d'un français sur 2 est prêt à investir dans l'immobilier mais seulement 15 % d'entre eux se disent prêts à profiter du dispositif Duflot d'ici 2016. Une défiance qui s'explique en partie par le possible encadrement des loyers. Actifs sur le thème de la retraite, ils privilégient des solutions individuelles. Dans l'ordre, ils favorisent l'assurance-vie (83 %) et l'immobilier locatif (72 %). Du fait d'une relation qui « continue de se tendre avec les banques traditionnelles », les produits financiers (67 %) arrivent en 3ème position.

Parmi les produits d'investissements, les SCPI ne connaissent pas d'évolution notable. En terme de risque, le sentiment des investisseurs à leur égard est étal. Elles figurent parmi les placements dont le risque est bien moindre qu'un investissement en actions, en gestion flexible ou encore dans des contrats d'assurance vie multi-supports. Quant à l'opportunité d'investir au regard du niveau ce risque du placement, le baromètre IFOP-UFF montre en 2013 un regain d'intérêt pour les SCPI.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant