Le smartphone, drame des fabricants japonais d'appareils photo

le
0
Le smartphone, drame des fabricants japonais d'appareils photo
Le smartphone, drame des fabricants japonais d'appareils photo

Avec une chute de moitié de leurs ventes d'appareils photo en moins de cinq ans, les sept grands groupes japonais du secteur de l'image numérique vivent un véritable drame dont le coupable est tout désigné: le smartphone.Peu importe que leur marque et leur longue expérience soient encore un gage de qualité, les Nikon, Canon, Sony ou Olympus souffrent durement depuis que les mobiles intègrent une fonction appareil photo.Car pour le consommateur lambda, même si les images prises avec un smartphone n'égalent pas celles immortalisées par un boîtier reflex dédié, c'est largement suffisant dans la plupart des cas. De plus, entre smartphones et appareils numériques compacts d'entrée de gamme, si hier "il n'y avait pas photo" - le compact l'emportait largement -, aujourd'hui, c'est pour ainsi dire du pareil au même. Difficile de lutter, même si "on essaie de trouver des fonctions particulières que ne sont pas encore à même de réaliser les smartphones", expliquait récemment à l'AFP une porte-parole de Casio, premier groupe à avoir mis sur le marché en 1995 un appareil photo numérique à écran à cristaux liquides (LCD).Selon les prévisions de ventes établies par Canon, Nikon, Sony, Fujifilm, Panasonic, Olympus et Casio, leurs ventes, tous modèles confondus, plafonneront à 48 millions d'exemplaires au cours des douze mois compris entre avril 2014 et mars 2015, deux fois moins que lors du pic atteint en 2010-2011."Les conditions du marché des appareils à objectif interchangeables se sont dégradées et le marché des compacts s'est considérablement rétréci", a regretté Nikon en présentant ses résultats annuels.Le déclin est tel qu'Olympus a abandonné les modèles compacts pour ne plus se consacrer qu'au boîtiers dits hybrides sans miroir, un compromis entre compacts et encombrants reflex, qui ont le vent en poupe auprès du grand public. - S'échapper par le haut - Fujifilm, dont les ventes devraient ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant