Le "small business act" de Manuel Valls

le
1
Tout pour l'emploi dans les TPE-PME. C'est devant ce nouveau slogan que le Premier ministre a présenté ses 18 mesures, censé reproduire un small business act à la française. 
Tout pour l'emploi dans les TPE-PME. C'est devant ce nouveau slogan que le Premier ministre a présenté ses 18 mesures, censé reproduire un small business act à la française. 

Manuel Valls avait bien ménagé son effet de surprise. Le Premier ministre a revendiqué mardi en conférence de presse un véritable « small business act » à la française. La référence à la fameuse législation américaine destinée à avantager les petites entreprises est peut-être un peu exagérée, mais les 18 mesures retenues par le gouvernement après consultation des partenaires sociaux la semaine dernière sont incontestablement plus ambitieuses que ce qui avait filtré. Et répondent en partie aux revendications des organisations patronales. « Il faut décider des mesures fortes, c?est ce que nous avons fait », a martelé le Premier ministre, en présence de plusieurs figures de son équipe, sous les ors de l'Éysée.

Bien sûr, il n?était plus question de toucher au sacro-saint CDI. « La plupart des embauches sont en CDD, nous considérons donc que ce n?est pas au c?ur du débat », s?est justifié le Premier ministre, qui parlait pourtant encore, début avril, de « réformer le contrat de travail ».

Le Medef n'en a pas moins salué un gouvernement qui "agit et propose des mesures significatives pour simplifier la vie des PME et sécuriser leur environnement". Pour Thibault Lanxade, en charge des PME, "les mesures annoncées ce jour reprennent en partie ce que nous avions proposé et vont dans le bon sens". Mais il regrette aussi "que la perception de ces efforts soit brouillée par l?introduction de...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • klein44 le mardi 9 juin 2015 à 15:49

    ce gouvernement de mer de : il rêve !! les droits des salariés s'envolent et le patronat se réjouit, il se remplit les poches - des milliards soufflés dans leur c u l et le chômage s'accentue - bravo - ou va t on chercher le financement si ce n est chez le salarié et le contribuable???