Le slam de Lallana, le scalp de Tottenham

le
0
Le slam de Lallana, le scalp de Tottenham
Le slam de Lallana, le scalp de Tottenham

L'anniversaire de Pochettino gâché, les larmes de Lallana séchées, le rire de Ranieri affiché et le sourire de Wenger caché, c'était la vingt-huitième journée de Premier League. Avec de l'amour, des bisous et même un lion venu du Kenya. Pour le reste, il y a van Gaal.

L'équipe de la journée : West Ham


Slaven Bilić est un homme romantique. Il fallait le voir, mercredi soir, arpenter dans son costume la ligne blanche longeant la pelouse du Boleyn Ground à Londres. Le coach croate semblait dans un état second, transcendé par ce que ses hommes étaient en train de réaliser sur le terrain. Il est comme ça et ce, depuis le début de sa carrière d'entraîneur. Sous son bonnet, Bilić a coincé une double casquette acteur-meneur qu'il tient enfoncée aux chevilles. L'enfant de Split voit le football comme une histoire d'interactions sociales et le voir embrasser la joue de Diafra Sakho au moment du retour sur les pelouses de l'attaquant sénégalais après trois mois d'absence le résume parfaitement. Mercredi soir, son West Ham s'est payé le luxe d'enchaîner une troisième victoire consécutive toutes compétitions confondues et le scalp du Tottenham de Mauricio Pochettino (1-0) avec un génie tactique rare en installant une défense imperméable à cinq têtes. Grâce aussi à un coup de casque gagnant de Michail Antonio, déjà buteur samedi dernier face à Sunderland (1-0), sur la dixième passe décisive de la saison de Dimitri Payet mais également à l'envie débordante d'un effectif de mords de faim à l'image de la prestation XXL de Cheikhou Kouyaté. Résultat : les Hammers passent ce jeudi matin une tête dans les étoiles et se mettent à rêver d'Europe.

Manchester United enchaîne, Tottenham dérape

Le joueur de la journée : Adam Lallana


Dans son roman Chien blanc, publié au début des années 70, Romain Gary expliquait qu'il était "moins grave de perdre que de se perdre". Le Liverpool de mercredi soir en est une preuve sportive. Battus aux tirs au but dimanche à Wembley en finale de la League Cup, les Reds ont corrigé en retour un Manchester City en perdition (3-0) lors d'une rencontre marquée par le talent d'un homme : Adam Lallana, dont l'image du penalty raté ce week-end était jusqu'au coup d'envoi mercredi soir dans toutes les mémoires. Face au City…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant