Le show de Valls chez les agriculteurs : «On peut affronter les intempéries»

le
0
Le show de Valls chez les agriculteurs : «On peut affronter les intempéries»
Le show de Valls chez les agriculteurs : «On peut affronter les intempéries»

Après deux semaines éprouvantes, marquées par une crise politique, des scandales et une dégringolade dans les sondages du duo exécutif, Manuel Valls s'est offert une bouffée d'oxygène ce samedi. En déplacement aux Terres de Jim, le plus grand événement agricole en plein air d'Europe qui se tient en Gironde, le Premier ministre a fait bonne figure, multipliant les petites phrases et les annonces. 

Arrivé sous une petite haie d'applaudissements et accompagné de son ministre de l'Agriculture Stéphane Le Foll, le chef du gouvernement a sillonné les stands de ce salon de l'agriculture en plein air, goûtant tour à tour fromage, saucisse de Morteau, vin ou melon. Une ambiance bon enfant, même si locataire de Matignon a essuyé des huées à deux reprises.

S'essayant au lancé de palets bretons, Manuel Valls a ainsi lâché : «Je vais penser à quelqu'un en le balançant.» Suivez son regard, après une semaine politique marquée par la démission pour raisons fiscales du secrétaire d'État Thomas Thévenoud et la publication du brûlot de Valérie Trierweiler... Le tir du Premier ministre a toutefois échoué.

Les sondages, reflets de «la gravité de la crise de confiance»

Il a ensuite pris les commandes d'un tracteur de marque allemande mais fabriqué au Mans, lançant : «Je suis aux commandes et on peut affronter les intempéries». Un message on ne peut plus clair, alors que le pays est empêtré dans une crise autant politique qu'économique. «Mon but n'est pas d'être dans les petits jeux, c'est de redresser le pays», a-t-il commenté par ailleurs, «ce n'est pas de se laisser retourner par le commentaire en général».

Appelant «à la responsabilité, au rassemblement et au fond, à l'éthique, à la morale», le Premier ministre a estimé que les sondages reflètent «la gravité de la crise de confiance» du pays. Vendredi, une étude Ifop pour «Le Figaro» donnait François Hollande battu à la présidentielle en cas de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant