Le sexy Feyenoord

le
0
Le sexy Feyenoord
Le sexy Feyenoord

Cinq matchs, cinq victoires. Quinze buts marqués pour seulement deux encaissés, le Feyenoord Rotterdam explose tout sur son passage en ce début de saison. Troisième lors du dernier exercice à vingt et un points du champion Eindhoven, les hommes de Giovanni van Bronckhorst pratiquaient un football peu chatoyant et avaient notamment subi une série de sept défaites consécutives, la pire de l'histoire du club. Mais les changements tactiques opérés par l'ancien défenseur de Barcelone en fin de saison semblent aujourd'hui porter leurs fruits. Tentative d'explication.

C'était le 14 février dernier. Après une défaite 3-1 face au PEC Zwolle, la septième de suite, Giovanni van Bronckhorst se présente en conférence de presse, le regard noir : " C'est très douloureux, pour moi, pour les joueurs. Les chiffres ne mentent pas. " Mis sous pression par la plupart des médias hollandais, l'ancien défenseur international oranje, qui expérimentait sa première saison en tant qu'entraîneur principal, allait finalement rester au club. Pour tenter d'enrayer la mauvaise série, Martin van Geel, le directeur technique du club, appela Dick Advocaat à la rescousse. L'ancien coach de la sélection nationale accepte de venir aider bénévolement celui qui fut un temps son latéral gauche.


Car au sein de l'équipe, Van Bronckhorst pouvait encore compter sur le soutien d'un homme qui, en une saison, avait déjà su se rendre indispensable : Dirk Kuyt. Revenu au club, presque dix ans après l'avoir quitté, celui qui sort alors de trois années au Fenerbahçe avait pris la défense de son coach, dès la fin de la rencontre. " Cette série de mauvais résultats est seulement à mettre sur le dos des joueurs. Nous avons un coach fantastique qui fait tout ce qu'il est possible de faire chaque semaine pour nous préparer au mieux pour les matchs. "

Kuyt : trente-six ans et nouveau numéro 10


Et c'est peut-être de cet homme que la révolution tactique a démarré. Aligné la plupart du temps sur l'aile droite de l'attaque, dans le traditionnel 4-3-3 hollandais, l'ancien de Liverpool semble effacé. Les défaites s'enchaînant, il est repositionné au centre du terrain, dans un rôle que l'on peut qualifier de n°10. À trente-six ans, il est désormais totalement ancré à cette position, et n'est sans doute pas près de bouger. Avec trois buts et une passe décisive en cinq matchs, les chiffres ne mentent pas…

Mais, plus que les statistiques, son influence sur le jeu est devenue considérable. N'hésitant pas à redescendre chercher les ballons très bas, il est l'homme qui donne le tempo, fait jouer ses partenaires, et décide du rythme de son équipe. Un nouveau rôle, qu'il semble avoir choisi en…







Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant