Le service de VTC Uber interdit à New Delhi après un viol

le
0

NEW DELHI, 8 décembre (Reuters) - La municipalité de New Delhi a interdit lundi à la société de transport américaine Uber d'exercer dans la capitale indienne, à la suite d'une plainte pour viol déposée contre un de ses chauffeurs. "Gardant à l'esprit l'horrible crime commis par ce chauffeur, le département des transports a interdit toute activité en lien avec la fourniture de services de transport par www.uber.com", peut-on lire dans un communiqué. Contactée à ce sujet, une porte-parole d'Uber a indiqué ne pas avoir de commentaire dans l'immédiat. Le suspect, Shiv Kumar Yadav, 32 ans, a été présenté lundi à un juge de New Delhi et maintenu en garde à vue pour trois jours. Il avait été arrêté il y a trois ans dans une affaire de viol, avant d'être par la suite acquitté. La police indienne a dit envisager des poursuites contre la société qu'elle accuse de ne pas avoir vérifié les antécédents de son chauffeur. Uber répond qu'aucune règle n'est véritablement établie en Inde sur les antécédents des conducteurs pour obtenir des licences de transport commercial et entend travailler avec le gouvernement indien sur la question. La société a annoncé dimanche avoir suspendu le chauffeur incriminé et avoir fourni aux autorités indiennes toutes les informations le concernant. Uber permet aujourd'hui de commander un véhicule avec chauffeur depuis son smartphone dans plus de 250 villes à travers le monde. (Malini Menon; Jean-Stéphane Brosse pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant