Le service civique, les jeunes en redemandent

le
1
Le service civique, les jeunes en redemandent
Le service civique, les jeunes en redemandent

« Depuis un mois, je m'éclate ! J'accompagne les familles qui veulent se recueillir là où leur ancêtre est mort au combat. Avec les élus des communes voisines, on conçoit aussi des panneaux commémoratifs. » Quand il a décroché son bac pro de technicien du froid, il y a deux ans, Rémy Carvalho, 21 ans, jeune Champenois habitant PontFaverger (Marne), était loin de s'imaginer plongé au coeur du tourbillon de la Grande Guerre. Depuis juin, ce jeune, qui était au chômage, prête son énergie 24 heures par semaine à une petite association baptisée Mémoire des Monts de Champagne. Celle-ci s'emploie dans le cadre de la Mission du centenaire 14-18 à collecter photos, témoignages et récits. Rémy, en tant que volontaire du service civique, s'occupe de son site Internet. « J'apprends à me servir de Photoshop, je travaille quotidiennement avec les élus, c'est vraiment passionnant », s'enthousiasme le jeune homme, qui espère valoriser cette expérience quand sa mission s'achèvera dans sept mois. « L'un des deux jeunes que j'ai remplacés a réussi à décrocher un CDI et l'autre à intégrer une grande école de design informatique qu'il convoitait », raconte-t-il.

Un stage, une formation ou un emploi six mois après

C'est que le service civique, qui va bénéficier d'un coup de pouce budgétaire dévoilé ce matin, est devenu pour les jeunes un vrai tremplin pour l'emploi. Selon un sondage TNS Sofres, 75 % de ceux qui ont accepté de s'engager pour une mission d'intérêt général ont réussi à décrocher un stage, une formation ou un emploi six mois après. Pourtant, quand le service civique a été créé en mars 2010, ce n'était pas le but. « Il s'agissait avant tout de trouver une relève au service militaire », rappelle François Chérèque, l'ancien patron de la CFDT et successeur de Martin Hirsch à la tête de l'Agence du service civique.

A l'époque, certains avaient ironisé, parlant d'un service national au ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • mlaure13 le vendredi 11 juil 2014 à 09:41

    Pourquoi avoir arrêté le Service Militaire ?...On y apprenait la discipline et un peu le respect de l’autre !...