Le Sénat veut limiter la niche fiscale des journalistes

le
28
Le Sénat veut limiter la niche fiscale des journalistes
Le Sénat veut limiter la niche fiscale des journalistes

Le Sénat a voté, dans la nuit de vendredi à samedi, la suppression de l'exonération d'impôt dont bénéficient les journalistes. Seraient concernés ceux qui gagnent plus de 4 000 euros nets par mois, soit un revenu brut annuel supérieur à 62 340 euros.

La niche fiscale, dont bénéficient les détenteurs de la carte de presse, a été créé en 1934. Présentée comme une «allocation pour frais d'emploi», elle permettait initialement aux journalistes professionnels de déduire 30% supplémentaires de leurs revenus imposables lors de la déclaration annuelle. Toutefois ce privilège a été raboté depuis : les journalistes ne peuvent désormais déduire qu'une somme forfaitaire de 7650 euros du revenu imposable au nom de frais professionnels non remboursés par les employeurs.

10 millions d'euros d'économies

«Le gouvernement s'attaque, à juste raison, aux niches fiscales et sociales qui bénéficient aux plus privilégiés», a fait valoir le sénateur Yvon Collin, membre du groupe RDSE (à majorité Radicaux de gauche) qui a défendu cet amendement à l'occasion du débat en première lecture sur le budget 2014.

La mesure pourrait rapporter «10 millions d'euros sur un coût global de 70 millions» pour l'Etat, selon le rapporteur de la commission des Finances, François Marc (PS). Dans un rapport daté du 18 septembre sur les aides de l'Etat à la presse écrite, la Cour des comptes préconisait elle de supprimer intégralement cette exonération.

Peu de chance d'être définitivement adopté

«L'UMP votera cet amendement» a annoncé le sénateur Francis Delattre, estimant que «les aides (à la presse) coûtent des dizaines de millions d'euros. On a, de ce côté, des économies faciles à faire». Mais cette position ne fait pas l'unanimité dans son camp. Son collègue UMP Yann Gaillard a indiqué lui qu'il allait s'abstenir. «La presse est en crise» a-t-il noté.

Le terme journaliste «couvre une grande ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • rodan3 le dimanche 8 déc 2013 à 00:13

    la presse est en crise ?? quel rapport avec les salaires et avantages des "journaleux"..???

  • Georg47 le jeudi 28 nov 2013 à 15:15

    La presse en crise ? A vérifier car :-Les locaux appartiennent à une SCI-Les machines appartiennent à une autre société-Les personnels sont loués à une entrepriseLe tout avec les mêmes actionnairesLe journal est, de ce fait, mis en perte et touche des aides de l'Etat....

  • rob.loup le mardi 26 nov 2013 à 10:51

    et sur la gratuité des transports aussi!

  • KAFKA016 le mardi 26 nov 2013 à 10:30

    Bien fait pour eux qui ne cessent de takler les riches et privilégiés!!!

  • dlabore le dimanche 24 nov 2013 à 19:42

    Les foui lles m.er.de trinquent mais reste les elus c'est pas gagne

  • jbellet le dimanche 24 nov 2013 à 18:44

    c'est pas trop tot mais rassurez vous les députés ne suivront pas car chacun sait qu'une grande majorité des journalistes soutient la gauche

  • fbordach le dimanche 24 nov 2013 à 18:07

    Youpie! De toute manière l'assemblée va retoquer cela, des journalistes aux ordres c'est quand même bien pratique, surtout quand on est nul!

  • sarestal le dimanche 24 nov 2013 à 16:55

    Et les sénateurs, pensent ils réformer leurs innombrables avantages dont la fumeuse prime de chauffage ?ht tp://www.rmc.fr/info/326468/senat-des-fonctionnaires-veulent-garder-leur-prime-de-chauffage/Pour des gens qui prononcent le mot justice n fois par jour....

  • uraniu88 le dimanche 24 nov 2013 à 16:49

    Le grosmou a acheté les journaliste en créant un avantage fiscal inadmissible. Le sénat q raison

  • psdi le dimanche 24 nov 2013 à 16:41

    M3366730 : C'est avec beaucoup de plaisir que je t'en remets une saucée : Ce rapport fait apparaître que les cinq premières années de réalisation de l'adossement confirment les hypothèses retenues pour le calcul de la soulte et conclut que rien n'indique, aujourd'hui, que le dispositif d'adossement au régime général du régime des IEG s'éloigne de la neutralité financière