Le Sénat va porter plainte contre un journaliste

le
2
Pour Yves Stepanovitch, ce genre de comportement irresponsable fait qu?un jour le Sénat français va disparaître. C?est ce qui vient d?arriver à son petit frère italien?
Pour Yves Stepanovitch, ce genre de comportement irresponsable fait qu?un jour le Sénat français va disparaître. C?est ce qui vient d?arriver à son petit frère italien?

Le 23 juin 2016, les sénateurs autorisaient par vote leur président Gérard Larcher à déposer une plainte en diffamation au nom du Sénat contre Yvan Stefanovitch, auteur du livre Le Sénat. Un paradis fiscal pour des parlementaires fantômes (paru le 2 juin aux éditions du Rocher). C'est la première fois qu'une institution de la République poursuit un journaliste en justice pour avoir publié un livre. Son auteur y dénonce les privilèges légaux, mais « scandaleux », des sénateurs. Et surtout, il déplore que le fonctionnement de l'institution reste trop opaque. Raison de plus pour s'insurger des conditions non transparentes, selon lui, du vote qui a validé la plainte, et de « l'omerta » qui règne aujourd'hui sur cette démarche.

Pourquoi dénoncez-vous les conditions du vote autorisant les poursuites contre votre livre ?

Yvan Stefanovitch : Les conditions du vote par lequel une petite quarantaine de sénateurs tout au plus (sur 348 !) a autorisé le président du Sénat à déposer une plainte pour diffamation contre moi et mon éditeur montre que la transparence est loin d'être exemplaire à la Haute Assemblée. Sur le site du Sénat, le compte rendu intégral dactylographique de la séance du 23 juin dernier reste la seule trace de ce vote presque secret. Le président du Sénat, Gérard Larcher, a pris la parole pendant au total 5 minutes pour...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M8252219 il y a 7 mois

    Une institution ringarde qui nous coûte très chère et qui ne devrait plus exister depuis longtemps .

  • am013 il y a 7 mois

    Bravo à ce journaliste qui a sûrement raison. Car si le sénat aurait voulu contredire, il lui aurait suffit d'ouvrir ses livres mais encore faut il que l'on n'y trouve pas la vérité...n'est ce pas messieurs les privilégiés ?