Le Sénat rwandais permet à Kagame de briguer un troisième mandat

le
0

(Actualisé, réaction des Etats-Unis, §§ 3, 4) KIGALI, 17 novembre (Reuters) - Le Sénat rwandais a adopté mardi à l'unanimité un projet de Constitution visant à permettre au président Paul Kagame de briguer un troisième mandat, ouvrant la voie à un référendum qui ne devrait a priori pas rencontrer de forte opposition. "La modification (de la Constitution) a été adoptée par 26 sénateurs. Aucun n'a voté contre", a déclaré Bernard Makuza, président du Sénat, après le vote. La chambre basse du parlement a déjà adopté les amendements à la Constitution. Le département d'Etat américain a fait part de sa profonde préoccupation à la suite de ce vote et a appelé le président Kagame à se retirer à l'issue de son deuxième mandat en 2017. "Nous attendons que le président Kagame s'en tienne aux engagements qu'il a pris en vue de favoriser l'émergence d'une nouvelle génération de dirigeants au Rwanda et qu'il se retire à la fin de son mandat actuel en 2017", a dit le porte-parole du département d'Etat, Mark Toner. Agé de 57 ans, Paul Kagame, au pouvoir depuis 2000, est le dernier en date des dirigeants d'Afrique à vouloir briguer un troisième mandat. Les démarches de présidents pour obtenir prolongation de leur période au pouvoir ont provoqué des violences et de l'instabilité au Burundi et en République du Congo. Jusqu'à présent, aucun trouble n'a été signalé au Rwanda. (Clément Uwiringiyimana avec Lesley Wroughton à Washington, Eric Faye et Guy Kerivel pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant