Le Sénat qualifie l'État d'«actionnaire glouton»

le
0
La commission des finances s'interroge sur l'opportunité de demander un dividende au Fonds stratégique d'investissement, au moment où le gouvernement veut le renforcer.

Mais pourquoi donc l'État, qui veut accentuer la force d'intervention du Fonds stratégique d'investissement (FSI) et lui donner davantage de marges de man½uvre, lui impose-t-il parallèlement le versement d'un dividende «trop élevé»?

Dans les conclusions d'un rapport rendu public jeudi, la commission des finances du Sénat s'interroge sur la pertinence du paiement de «387 millions d'euros, représentant 60% de son résultat net de 2010» à ses deux actionnaires, la Caisse des dépôts (CDC) et l'État. Ce dernier «apparaît plutôt comme un actionnaire glouton», a ironisé jeudi le président (Nouveau Centre) de la commission des finances, Jean Arthuis. Il aurait quand même été «plus logique» de réinvestir les bénéfices dans le FSI lui-même, a renchéri Jean-Pierre Fourcade (UMP), rapporteur spécial des participations financières de l'État, lequel évoque un comportement «court-termiste» et «incohérent». «L'impératif d'assainissement des finances pub

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant