Le Sénat n'aura pas le dernier mot

le
0
Selon l'article 45 alinéa 4 de la Constitution, en cas de désaccord entre les deux chambres parlementaires, le mot de la fin revient aux députés.

Et si la perte du Sénat était une bonne nouvelle pour le gouvernement? Paradoxe: politiquement, la victoire historique de la gauche tombe au plus mauvais moment pour la majorité, à sept mois de l'élection présidentielle. Mais les constituants de 1958, méfiants, avaient tout prévu: aux termes de l'article 45 alinéa 4, l'Assemblée nationale a le dernier mot en cas de désaccord entre les deux chambres. Le Sénat s'oppose? Qu'à cela ne tienne, l'Assemblée décide pour lui. On n'a pas le souvenir que le Sénat, alors majoritaire à droite, ait empêché la gauche, en 1981, après l'élection de François Mitterrand, de faire adopter les nationalisations ou la retraite à 60 ans. Ni qu'il ait bloqué, quinze ans plus tard, l'instauration des 35 heures de Lionel Jospin et Martine Aubry.

La situation est claire

Ségolène Royal aurait dû relire la Constitution de la Ve République avant de se réjouir que le Sénat puisse désormais s'opposer aux «mauvaises lois». Il ne

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant