Le Sénat italien approuve la réforme qui réduit ses pouvoirs

le
0
    ROME, 20 janvier (Reuters) - Le Sénat italien a approuvé 
mercredi en cinquième et avant-dernière lecture le projet de 
réforme constitutionnelle présenté par le président du Conseil 
Matteo Renzi, qui réduit notamment les pouvoirs de la chambre 
haute du Parlement. 
    Le texte a été adopté par 180 voix contre 112 et une 
abstention. 
    "Vous écrivez une page d'histoire", a déclaré Matteo Renzi 
aux sénateurs. "Le fait que le Sénat montre qu'il peut se 
réformer prouve que rien n'est impossible en Italie." 
    Le projet doit retourner à la Chambre de députés pour une 
lecture définitive et sera soumis à un référendum, que Renzi 
espère organiser en octobre et dont l'issue s'annonce 
incertaine. 
    La réforme réduit des deux tiers le nombre des sénateurs et 
met fin au bicamérisme intégral qui confère actuellement à la 
chambre haute du Parlement les mêmes pouvoirs que ceux de la 
Chambre des députés, notamment celui de renverser le 
gouvernement et de bloquer l'adoption de projets de loi. 
    Selon le projet porté par le gouvernement, la chambre haute 
ne sera plus directement élue mais composée de maires et de 
conseillers régionaux. 
    Pour le chef du gouvernement, la réforme doit rendre 
l'Italie plus gouvernable mais ses adversaires, y compris au 
sein de son propre Parti démocrate, jugent qu'elle marquera un 
recul de la vie démocratique. 
    Matteo Renzi a déclaré à plusieurs reprises qu'il 
abandonnerait la politique si le texte est rejeté lors du 
référendum. 
    Tous les partis d'opposition ont annoncé qu'ils feraient 
campagne pour le "non".  
    La réforme du Sénat est d'autant plus importante qu'elle est 
liée à une autre grande réforme voulue par Matteo Renzi, celle 
du mode de scrutin. Comme la réforme électorale, déjà adoptée 
par le Parlement, n'envisage des élections directes que pour la 
Chambre des députés, elle ne peut donc être mise en oeuvre sans 
réforme préalable du Sénat. 
 
 (Gavin Jones avec Isla Binnie, Jean-Stéphane Brosse et Guy 
Kerivel pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant