Le Sénat fixe un prix minimum pour les boissons lors des «happy hours»

le
0

VIDÉO - Pour lutter contre la consommation excessive d'alcool chez les jeunes, la Sénat a adopté, dans le cadre de la loi Santé, un amendement encadrant les opérations promotionnelles des bars et cafés.

Après avoir interdit les cabines de bronzage, les sénateurs se penchent désormais sur les débits de boisson. Dans le cadre du projet de loi santé de Marisol Touraine, le Sénat a adopté, ce mardi, en première lecture, un amendement déposé par le socialiste Franck Montaugé et visant à encadrer la vente de boissons alcoolisées lors des «happy hours» - période d'une ou plusieurs heures où les boissons alcoolisées sont vendues à des tarifs avantageux. L'objectif de l'amendement est de «faire cesser certaines pratiques, comme le «binge drinking»(«la biture express»), qui entraînent une consommation excessive d'alcool très préjudiciable à la santé et à la vie des jeunes», précise le sénateur dans un communiqué.

Le législateur espère ainsi limiter à un certain seuil, fixé par décret et correspondant à une fraction du prix de vente originel, le tarif des boissons alcoolisés vendues lors de ces opérations promotionnelles que proposent de nombreux bars. En clair, si ce seuil est de 30 %, une pinte de bière vendue 7 euros ne pourra pas, pendant les happy hours, passer sous la barre des 4,90 euros.

«Je prends acte de ce vote qui témoigne d'un engagement en faveur de la santé publique que j'espère voir se concrétiser par la suite», a déclaré la ministre de la Santé, Marisol Touraine, qui s'était pourtant prononcée contre l'amendement.

Mais ce genre de mesure peut-elle avoir un impact réel sur le comportement des jeunes? «Difficile à dire», répond Jacques Dupré, expert en produits de grande consommation à l'Institut de recherche et d'innovation (IRI). «Ce qu'on sait en revanche, c'est que l'alcool et le tabac ont une élasticité prix faible.» Traduction: «Quand on augmente le prix de 10 %, on observe généralement une baisse de consommation de 2 à 3 %», poursuit le spécialiste qui s'interroge sur l'efficacité de cette mesure en termes de santé publique: «Est-ce qu'au final ça ne va pas se traduire par un transfert de consommation vers les alcools moins chers?»

Boire en dehors des bars

«Le binge drinking ne se pratique pas dans les bars», relève Nicolas Buonomo, coordinateur de Fêtez Clairs, un dispositif copiloté par la mairie de Paris et qui cherche à prévenir les comportements à risque en soirée. «Si les études sur l'alcool et les jeunes, en particulier les étudiants, montrent que la consommation est de plus en plus récurrente et élevée, elle se pratique surtout dans la sphère privée ou l'espace public», note-t-il. «Consommer une grande quantité d'alcool dans un bar, même en Happy Hours revient cher, souvent les jeunes préfèrent acheter des bouteilles dans un supermarché et aller les boire sur un banc ou chez eux.» Alexandre Leroy, président du syndicat étudiant La Fage abonde en ce sens: «Le risque c'est de pousser les gens à se replier davantage sur la sphère privée, là où il n'y a aucune chance de pouvoir faire de la prévention ou d'intervenir en cas de danger.»

«Je ne vois vraiment pas l'utilité de ce genre de mesure quand on sait que 88 % de l'alcool consommé en France a été acheté en supermarché», soutient encore Frédéric Hocquard, conseiller de Paris délégué à la nuit. «Enfin, il faut rappeler que les débits de boisson ont le devoir de veiller à ce qu'ils servent en fonction de l'état des clients», souligne-t-il.

Ce n'est pas la première fois que les happy hours entrent dans le collimateur des politiques. En 2009, la loi santé dite «Bachelot» avait déjà cherché à encadrer cette pratique commerciale, en obligeant les bars et cafés à proposer des promotions sur les boissons sans alcool au même titre que sur les boissons alcoolisées. Le texte interdisait également la vente d'alcool aux mineurs et le principe des open bars.

Le débat entamé lundi autour de la loi Touraine doit encore se poursuivre jusqu'au 2 octobre, avant un vote solennel le 6 octobre. Durant les discussions, le sénateur Les Républicains Baptiste Lemoyne, attaché à la préservation de la langue française, a également proposé de remplacer binge drinking et happy hours par «alcoolisation rapide» et «heures joyeuses». Dans tous les cas, le dernier mot sera pour l'Assemblée nationale.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant