Le Sénat attise toutes les convoitises à Paris

le
0
À droite comme à gauche, les menaces de création de listes dissidentes pour les élections sénatoriales de septembre 2011 sont nombreuses.

Avec douze places, pas une de plus, les listes pour les élections sénatoriales de septembre 2011 se constituent dans la douleur à Paris. Actuellement, quatre UMP, quatre PS, un PCF, deux Verts et un Nouveau Centre représentent la capitale à Paris. À droite, la situation reste confuse. La ministre des Sports, Chantal Jouanno, ex-tête de liste UMP dans la capitale aux régionales, veut être candidate. Mais le président du Sénat, Gérard Larcher, ne souhaite pas de ministre sur les listes. Car, en cas d'élection, leurs suppléants ne peuvent siéger avant un délai d'un mois. Or, pour l'élection à la présidence du Sénat, guignée par la gauche, chaque voix comptera. Chantal Jouanno espère le soutien de l'Élysée, mais ne compte pas trop sur celui des élus parisiens qui se disputent les quatre places éligibles, une de moins que lors du renouvellement précédent.

Sénatrice UMP sortante, Catherine Dumas, investie dans la défense du patrimoine français, revendique «l

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant