Le Sénat adopte un délit d'injure aux harkis

le
0
A la quasi-unanimité, les sénateurs ont voulu tirer les leçons de l'«affaire Frêche».

C'est une lointaine conséquence d'une des dernières polémiques suscitées par Georges Frêche avant son décès en 2010. Les sénateurs - désormais en majorité à gauche - ont adopté jeudi matin, à la quasi-unanimité, une proposition de loi UMP qui institue des sanctions pénales en cas d'injure ou de diffamation des harkis, ces supplétifs musulmans qui ont servi dans l'armée française pendant la guerre d'Algérie. En 2006, Georges Frêche, alors président PS du conseil régional de Languedoc-Roussillon, avait qualifié de «sous-hommes» deux dirigeants d'une association de harkis à qui il reprochait d'être «allés avec les gaullistes». «Vous faites partie de ces harkis qui ont vocation à être cocus jusqu'à la fin des temps», avait-il ajouté.

Une lacune du droit

Condamné par le tribunal correctionnel, Frêche avait été relaxé en appel et la Cour de cassation avait confirmé la relaxe. Les plaignants, en effet, n'avaient pas souhaité porter plainte à titre ind

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant