Le selfie dans l'isoloir, la tendance aux municipales néerlandaises

le
0
Le selfie dans l'isoloir, la tendance aux municipales néerlandaises
Le selfie dans l'isoloir, la tendance aux municipales néerlandaises

(AFP) - Place au "selfie dans l'isoloir" : les Néerlandais étaient nombreux mercredi à poster sur Twitter des photos d'eux-mêmes en train de voter, une tendance populaire qui oppose réseaux sociaux et principes de la démocratie .Les Néerlandais choisissaient mercredi leurs conseillers municipaux et les selfies dans l'isoloir étaient officiellement autorisés par le ministère de l'Intérieur.

"Vous ne pouvez pas affecter la confidentialité du processus de vote en prenant des photos d'autres personnes, mais si vous voulez prendre une photo de vous-même, vous pouvez", a ainsi déclaré le ministre de l'Intérieur, Ronald Plasterk, à la télévision néerlandaise RTL.

Sous le hashtag #stemfie ("stem" signifiant le vote en néerlandais), de nombreuses personnes ont posté sur les réseaux sociaux, comme Facebook, Instagram et Twitter, des photos d'eux prises dans l'isoloir.

Certains hommes et femmes politiques, comme le chef de file des centristes, Alexander Pechtold, ont rejoint le mouvement.

Le ministère de l'Intérieur, contacté par les communes, a vérifié dans les textes de loi sur les élections s'il était possible de prendre une photo dans l'isoloir, ce qui est considéré comme illégal dans de nombreux pays.

"Il n'y avait aucune contre-indication dans la loi, et on s'est dit que ça pourrait peut-être également inciter les gens à aller voter", a déclaré à l'AFP Tijs Manten, porte-parole au ministère. Le vote n'est pas obligatoire aux Pays-Bas.

"Avant les élections, on a reçu pas mal de demandes de la part des municipalités, qui se demandaient si les selfies étaient autorisés dans l'isoloir, le selfie étant à la mode", a-t-il ajouté.

Le vote à bulletins secrets est un des principes fondamentaux de la démocratie, au point que, dans certains pays, faire une copie d'une bulletin de vote est illégal et puni d'une lourde amende.

Aux Philippines et dans plusieurs Etats américains, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant