Le séisme dans le centre de la Chine a fait près de 200 morts

le
0
VIOLENT SÉISME DANS LE CENTRE DE LA CHINE
VIOLENT SÉISME DANS LE CENTRE DE LA CHINE

par Michael Martina et Maxim Duncan

PEKIN (Reuters) - Le bilan du séisme de magnitude 6,6 qui s'est produit samedi dans une zone montagneuse et isolée du Sichuan, dans le centre de la Chine, a atteint dimanche 184 morts, 24 disparus, et plus de 11.800 blessés, selon le ministère des Affaires civiles.

L'épicentre a été localisé à Ya'an, dans le comté de Lushan, à 12 km de profondeur. En 2008, un séisme de magnitude 7,9 avait fait près de 70.000 morts dans cette région.

Selon l'agence officielle Chine nouvelle, la plupart des morts ont été signalés dans le comté de Lushan, non loin de Ya'an en remontant la vallée, où l'électricité et l'eau ont été coupées et de nombreux bâtiments détruits.

Comme en 2008, les efforts des secouristes sont ralentis par la difficulté d'accéder à la zone sinistrée, notamment à cause de l'étroitesse de la route, des glissements de terrain ou encore des contrôles de circulation imposés par le gouvernement pour éviter les embouteillages.

La secousse de samedi, enregistrée à 08h02 locales (00h02 GMT), a été ressentie fortement à Chengdu, chef lieu de la province, qui se trouve à 140 km, et dans les provinces voisines. Elle a été suivie d'un millier de répliques.

"Le centre du comté de Lushan revient à la normale, mais il y a encore un besoin considérable d'abris et de matériel", a souligné Kevin Xia, au nom de la Fédération internationale de la Croix-Rouge et des sociétés du Croissant-Rouge.

"Les fournitures ont du mal à atteindre la région à cause des embouteillages. La plupart sont encore en chemin", a-t-il déploré.

A Ya'an, des bénévoles venus de tout le pays ne cachaient pas leur frustration de ne pas pouvoir se rendre à Lushan.

"Nous sommes pressés. Il y a des gens qui ont besoin d'aide et nous avons des provisions à l'arrière (de la voiture)", a déclaré un membre de l'équipe de réponse d'urgence aux séismes de la province du Shandong, dans le centre-est du pays.

A Lushan, médecins et infirmières soignent les blessés e plein air ou sous des tentes dressées dans la cour de l'hôpital principal, jonchée de bris de verre, de morceaux de plâtre et de béton tombés durant le séisme.

"J'étais terrorisé. Je n'ai jamais vu un séisme aussi important avant", témoigne Tianxiong, un paysan de 37 ans, allongé sur un brancard entre deux tentes.

"PAS D'ÉCOLE EFFONDRÉE"

Dans une autre tente, Zhou Lin s'occupe de sa femme et de son fils de trois jours, évacués de Lushan après le séisme.

"J'étais inquiet qu'il ne soit arrivé quelque chose à ma femme et à mon fils. Tous les immeubles ont tremblé. J'étais complètement effrayé. Mais maintenant je n'ai plus peur", a-t-il déclaré en regardant l'enfant dormir à poings fermés.

Le Premier ministre, Li Keqiang, s'est rendu sur place en hélicoptère pour exprimer son soutien aux services de secours.

"Ne soyez pas tristes, nous reconstruirons (vos maisons) après la catastrophe et les nouvelles seront encore mieux qu'avant", a-t-il déclaré à des habitants, selon les propos rapportés par les médias officiels. "L'Etat prendra en charge la totalité des soins médicaux de ceux qui ont été le plus touchés".

Selon Chen Yong, directeur adjoint de la cellule de crise de Ya'an, le bilan des victimes ne devrait plus s'alourdir beaucoup.

Contrairement au séisme de 2008, aucune école ne s'est effondrée, selon lui. "Nos écoles sont les bâtiments les plus sûrs et les plus solides", a-t-il déclaré. "Le gouvernement chinois a investi beaucoup d'argent dans les bâtiments scolaires et hospitaliers. Je peux garantir qu'aucune école ne s'est effondrée."

Quatre-vingt onze survivants ont été extraits des décombres. Dans les villages les plus proches de l'épicentre, quasiment tous les bâtiments de petite taille se sont effondrés, montrent les images de la télévision d'Etat.

L'agence de météorologie a mis en garde contre les risques de glissements de terrain samedi et dimanche dans le comté de Lushan.

L'armée a dépêché 6.000 hommes sur les lieux du sinistre, précise Chine nouvelle.

Peuplée d'un million et demi d'habitants, la ville de Ya'an est considérée comme le berceau de la culture du thé. Elle abrite aussi l'un des principaux centres de protection du panda géant.

Le ministère des Affaires étrangères a, pour sa part, remercié les gouvernements étrangers pour leur offre d'assistance tout en assurant que la Chine pouvait s'en tirer seule.

Avec Melanie Lee et Lu Jianxin à Shanghaï et Sui-Lee Wee à Pékin; Jean-Philippe Lefief, Hélène Duvigneau et Jean-Loup Fiévet pour le service français

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant