Le secteur public grec en grèvz contre les réformes

le
0
    ATHÈNES, 24 novembre (Reuters) - Le secteur public grec a 
entamé jeudi une grève pour protester contre les réformes du 
marché du travail et des retraites ainsi que la privatisation 
des services publics acceptées par le gouvernement de gauche 
dans le cadre du plan de sauvetage du pays. 
    La grève, lancée à l'appel du syndicat Adedy du secteur 
public, est également suivie par les médecins des hôpitaux 
publics, les enseignants, les employés municipaux et les 
retraités.  
    "Les ouvriers et les pauvres sont toujours ceux qui payent 
pour la crise", a déploré Adedy dans un communiqué. 
    Un rassemblement est prévu dans la journée dans le centre 
d'Athènes mais la participation devrait être faible, l'action 
syndicale n'ayant suscité que peu d'adhésion ces dernières 
années.  
    Après sept années de crise économique marquée par une 
récession et une politique d'austérité, des milliers de 
travailleurs se sont retrouvés sans emploi ou ont subi une 
baisse de salaire.  
    Une grève nationale, à l'appel du syndicat du secteur privé 
GSEE, le plus important du pays, est prévue le 8 décembre.  
    La Grèce s'oppose à ses créanciers - l'Union européenne et 
le Fonds monétaire international (FMI) - sur les très 
impopulaires réformes de la fiscalité et des retraites qu'elle 
doit mener dans le cadre du deuxième examen de sauvetage du 
pays. 
    Athènes souhaite une conclusion rapide de l'évaluation de 
ses réformes afin d'obtenir un nouvel allègement de sa dette et 
d'être intégrée au programme d'assouplissement quantitatif de la 
Banque centrale européenne (BCE). A terme, le but est de pouvoir 
à nouveau emprunter sur le marché obligataire mais le Premier 
ministre grec, Alexis Tsipras, a dit mercredi que son pays ne 
pouvait accepter des "demandes irrationnelles".  
    L'autre point de discorde concerne la libéralisation du 
marché de l'énergie et les objectifs budgétaires.  
    Ces derniers mois, les syndicats se sont fortement opposés à 
la privatisation des services publics, notamment celle de la 
compagnie d'électricité PPC  DEHr.AT , dont les actionnaires 
devaient se réunir ce jeudi.   
    Dans le cadre de son plan de sauvetage, la Grèce s'est 
engagée à mettre en vente 24% de l'opérateur de réseau 
électrique ADMIE, filiale à 100% de PPC. 
 
 (Renee Maltezou; Claude Chendjou pour le service français, 
édité par Patrick Vignal) 
 

Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant

Partenaires Taux