Le secteur pétrolier libyen  sens dessus dessous 

le
0
Avant la révolution, Mouammar Kadhafi dirigeait directement les affaires pétrolières.

De notre envoyé spécial à Tripoli

À Tripoli, l'immeuble de la NOC, la National Oil Corporation qui groupe toutes les activités de l'industrie pétrolière libyenne, ressemble à un théâtre d'ombres. Shukri Ghanem, l'ancien président-directeur lié au clan Kadhafi, a pris le chemin de l'exil. «Il a retourné sa veste un peu tard ( en mai, trois mois après le début de la guerre civile, NDLR), mais surtout il a oublié de vider ses poches», selon la formule d'un diplomate occidental.

Pour le remplacer, les nouvelles autorités libyennes du Conseil national de transition (CNT) ont nommé Nuri Berruien, un ingénieur de 65 ans qui dirigeait précédemment une filiale de la NOC. L'épuration n'a, pour l'instant, pas été poussée plus loin. Au grand dam des salariés de la Compagnie des pétroles de Syrte, qui ont manifesté sur la place des Martyrs de Tripoli, puis investi le siège de la NOC. Ils réclamaient le retour de leur PDG qui, lui, avait pris le parti de la rébelli

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant