Le secteur manufacturier français à la traîne de la zone euro

le
19
L'INDICE PMI MANUFACTURIER EN FRANCE
L'INDICE PMI MANUFACTURIER EN FRANCE

par Jonathan Cable

PARIS/BERLIN/LONDRES (Reuters) - La croissance du secteur manufacturier européen a accéléré en avril à l'exception notable de la France où un tassement se fait sentir, montrent les résultats des enquêtes PMI publiés vendredi.

Une fois de plus, l'Allemagne s'est comportée en locomotive du bloc monétaire dans lequel tous les membres ont vu leur secteur manufacturier croître, une première depuis novembre 2007.

Les chiffres de l'emploi, également publiés dans la matinée, ont toutefois montré que le chômage restait préoccupant, avec un recul du taux de chômage à 11,8% au mois de mars, un niveau insuffisant pour convaincre les ménages que la croissance est réellement de retour.

"Les dernières statistiques confortent le scénario de base de la Banque centrale européenne qui est celui d'une reprise progressive", souligne Philip Shaw, analyste chez Investec.

"Il y a des préoccupations sur la confiance en France et sur les risques que cela entrave la croissance cette année et la prochaine."

Une autre inquiétude pour la BCE, qui souhaite à tout prix éviter que le piège déflationniste se referme sur la zone euro, réside dans la diminution des prix à la production pour le deuxième mois consécutif, même si le rythme de la baisse a ralenti.

"Les prix sortie d'usine diminuant pour le deuxième mois consécutif, les décideurs et les responsables politiques resteront vigilants face aux tensions déflationnistes", souligne Chris Williamson, chef économiste à Markit

RALENTISSEMENT EN FRANCE

La croissance se confirme dans le secteur manufacturier de la zone euro, montrent les résultats des enquêtes PMI publiés vendredi.

L'indice est ressorti à 53,4 en avril après 53,3 dans la version flash et 53,0 en mars.

"Les données PMI sur le secteur manufacturier de la zone euro mettent en évidence de bonnes perspectives de croissance dans le secteur en ce début de deuxième trimestre 2014. En effet, les résultats d'avril sont conformes à un taux de croissance trimestriel de la production industrielle de l'ordre de 1% pour l'ensemble de la région, et de près de 2% pour l?Allemagne", déclare Chris Williamson

En Allemagne, la croissance a accéléré, l'indice ressortant à 54,1 pour le mois dernier, un niveau très légèrement inférieur au chiffre de 54,2 annoncé dans l'estimation flash. L'indice s'était inscrit à 53,7 en mars.

La croissance retrouvée de l'activité dans le secteur manufacturier français a de son côté ralenti le mois dernier, mais moins qu'indiqué en première estimation. L'indice global du secteur est ressorti à 51,2 contre 52,1 en mars, mois où il avait repassé la barre des 50 qui sépare contraction et croissance de l'activité pour la première fois depuis février 2012.

Selon Markit, la baisse de l'indice PMI "reflète principalement une décélération de la croissance de la production et de celle du volume des nouvelles commandes" par rapport à mars, même si les nouvelles commandes à l'export affichent une évolution positive pour le quatrième mois consécutif.

(Nicolas Delame pour le service français, édité par Benoît Van Overstraeten)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M2766070 le vendredi 2 mai 2014 à 15:57

    m506 , la solutions? UPR François ASSELINEAU mais combine vont vraiment voter ce parti , moi et quelques autre initiés ...

  • M2766070 le vendredi 2 mai 2014 à 15:56

    m781 bein oui on s en tamponne, enfin jusqu'au 31 octobre, après com 48% des PMI PME auront déposer le bilan ... faudra créer une bank pour les aider à ne pas mourir avant .... 2017 !!!

  • M5062559 le vendredi 2 mai 2014 à 15:20

    Il faut une prise de conscience générale. Les solutions des partis d'extrême gauche, de gauche, de droite et du FN sont mauvaises.

  • M5062559 le vendredi 2 mai 2014 à 15:18

    Notre système politique et syndicaliste est à revoir. Il mène aux gaspillages, aux ententes mafieuses, au conservatisme, au clientélisme, à la démagogie et au poids de l'état qui grossit sans discontinuer. Ceci au détriment des vrais créateurs de richesse à qui l'état rackettent le plus qu'il peut. Mais le pays court à sa perte comme tous les pays étatiques ou quasi fascis tes ou soviétiques. le peuple doit faire entendre sa voie

  • M5062559 le vendredi 2 mai 2014 à 15:14

    Réfléchissons, Une fois n'est pas coutume. Qui payent les économistes ? principalement l'état français pour les économistes fonctionnaires et les banques. les banques et l'état sont intimement liés en France car ceux sont elles qui achètent la dette émise par l'état français. c'est ainsi qu'en France l'immense majorité des économistes se proclament anti libéral ! Vaut mieux aller dans le sens de ceux qui payent.donc en France l'immense majorité

  • M7817796 le vendredi 2 mai 2014 à 14:36

    L'indice PMI... on s'en tamponne le coquillard

  • LERINS le vendredi 2 mai 2014 à 14:32

    Le chiffre de l'indice manufacturier montre que l'économie française est de moins en moins compétitive en prix et en produits. Quarante ans d'hypertrophie administrative (qui augmente d'autant les prix de revient des entreprises situées en France) et de fiscalité anti-investissement et anti-entrepreneurs nous contemplent !...

  • gvigner3 le vendredi 2 mai 2014 à 14:25

    en France croissance uniquement ds la fonction public

  • indyta le vendredi 2 mai 2014 à 13:55

    l usine est n est pas en France!alors,bizarre?non...

  • d.e.s.t. le vendredi 2 mai 2014 à 13:51

    Ca s'appelle tout simplement l'effet Montebourg: plus il parle, plus l'économie française déraille, un peu comme lui, d'ailleurs!