Le secteur financier doit se préparer à un "hard Brexit"-Villeroy

le
1
    PARIS, 3 novembre (Reuters) - Les banques et sociétés 
d'assurance de la zone euro doivent se préparer à l'éventualité 
d'un "hard Brexit" qui limiterait l'accès du Royaume-Uni au 
marché unique de l'Union européenne (UE), a déclaré jeudi le 
gouverneur de la Banque de France.  
    "Je crois important que les banques et assureurs de la zone 
euro commencent à envisager une stratégie alternative en cas de 
hard Brexit", a dit François Villeroy de Galhau lors d'une table 
ronde sur le Brexit à l'Assemblée nationale.  
    Intervenant également lors de cette réunion, le président de 
l'Autorité des marchés financiers (AMF) Gérard Rameix a estimé 
que le secteur financier était le plus exposé aux risques liés 
au "divorce" entre Londres et l'UE.  
    "Je ne vois pas le Brexit comme un choc pour la zone euro 
(qui serait) systémique (...), je n'y vois même pas une 
véritable menace pour le financement de l'économie", a-t-il 
indiqué.  
    "En revanche, on a un risque fort (...) d'une moindre 
efficacité du système financier européen et donc d'un 
accroissement des coûts tant pour les émetteurs que pour les 
investisseurs", a-t-il précisé.  
 
 (Myriam Rivet et Leigh Thomas, édité par Yves Clarisse) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M3039634 il y a 3 mois

    Dans l'hypothèse irréaliste d'un hard-brexit, le secteur financier britannique ne sera plus soumis aux réglementations européennes, et en profitera pour se développer au détriment de l'Europe continentale.