Le secteur aérien baisse en Bourse, la grippe en Chine inquiète

le
3
DES CRAINTES SUR LA GRIPPE EN CHINE FONT RECULER LE SECTEUR AÉRIEN EN BOURSE
DES CRAINTES SUR LA GRIPPE EN CHINE FONT RECULER LE SECTEUR AÉRIEN EN BOURSE

PARIS (Reuters) - Le secteur aérien accuse la plus forte baisse sectorielle en Europe vendredi, Air France-KLM signant le plus fort repli du SBF 120 à Paris, les investisseurs s'inquiétant des conséquences d'une nouvelle pandémie de grippe en Chine.

A 9h45, l'indice Stoxx 600 du transport reculait de 1,55% quand l'indice paneuropéen Stoxx 600 cédait seulement 0,21%.

"Le secteur réagit aux craintes de résurgence d'une nouvelle pandémie de grippe aviaire en Chine qui pourrait pénaliser le trafic aérien", a expliqué un analyste en poste à Paris.

Les titres des compagnies aériennes reculaient fortement: Air France-KLM cédait 4,14% à 7,011 euros, Lufthansa reculait de 3,92% à 14,335 euros, Easyjet de 3,92% à 1053 pence et Ryanair de 2,57% à 5,885 euros.

Jeudi, le ministère chinois de la Santé a déclaré que toutes les ressources disponibles allaient être mises à contribution en Chine pour lutter contre la nouvelle souche du virus de la grippe aviaire, qui a coûté la vie à cinq personnes récemment.

"Pour le moment, les investisseurs intègrent le pire mais si l'on prend la précédente pandémie de grippe en Chine il y a quatre ans, on s'aperçoit avec le recul que les autorités locales avaient bien réagi, sans trop pénaliser le secteur aérien", a estimé l'analyste.

Blandine Hénault, édité par Jean-Michel Bélot

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M2526332 le vendredi 5 avr 2013 à 11:20

    on va ressortir les vaccins de bachelot

  • M7520498 le vendredi 5 avr 2013 à 10:35

    La grippe inquiète ? Qu'à cela ne tienne ,comme en économie les meilleurs résistent !

  • paumont1 le vendredi 5 avr 2013 à 10:28

    Alors qu'une guerre nucléaire menace, et qu'à Fukushima une explosion redevient possible, on s'inquiète d'un virus de la grippe... Reclassons les priorités par pitié!