Le secrétaire général du Comité de Bâle dit croire à un accord

le
0
    * William Coen auditionné par le Sénat français 
    * Il dit avoir "bon espoir" d'un accord "prochainement" 
    * La question d'un plancher de fonds propres bloque encore 
 
 (Actualisé avec citations, contexte) 
    par Julien Ponthus et Maya Nikolaeva 
    PARIS, 22 février (Reuters) - Le secrétaire général du 
Comité de Bâle a déclaré mercredi espérer que les négociations 
internationales sur les nouvelles règles prudentielles qui 
s'appliqueront aux banques aboutissent "prochainement", sans 
donner de précision de calendrier.   
    "J'ai bon espoir que nous arrivions à un accord", a déclaré 
William Coen, devant la commission des Finances du Sénat, lors 
d'une audition consacrée aux enjeux liés aux nouvelles normes 
dites de Bâle III. 
    La question d'un plancher minimum de capitaux pour pallier 
les risques posés par certains crédits reste "la dernière pièce 
du puzzle" sur laquelle les négociateurs doivent se mettre 
d'accord, a-t-il dit. 
    De nombreux responsables politiques et banquiers en Europe 
redoutent que ce plancher ne force les banques européennes à 
lever encore de nouveaux fonds propres et qu'il ne nuise ainsi, 
en augmentant les coûts des crédits, au financement de 
l'économie. 
    D'autres craignent un affaiblissement des banques d'affaires 
européennes au profit des grands noms de Wall Street. 
    Andreas Dombret, membre du directoire de la banque centrale 
allemande, déclarait début février que Berlin préférait ne 
conclure aucun accord plutôt qu'un mauvais accord. 
           
    TOUS LES MEMBRES DU COMITÉ SOUHAITENT UN ACCORD 
    Par ailleurs, la réforme de la régulation financière voulue 
par Donald Trump soulève également des questions sur la 
possibilité de clore avec succès les négociations, tant la 
Banque centrale européenne est hostile à un assouplissement des 
règles.  
    Deux sources proches des négociations ont en outre indiqué à 
Reuters que le nouveau président américain ne serait pas en 
capacité de s'engager dans un accord avant d'avoir pu procéder à 
des nominations au sein des organes de gouvernance de la Réserve 
fédérale.  
    Pour toutes ces raisons, un certain scepticisme sur la 
capacité des négociateurs à trouver un accord s'est diffusé sur 
les marchés.  
    "Tous les membres du Comité de Bâle souhaitent évidemment 
qu'un accord soit conclu", a néanmoins assuré William Coen aux 
sénateurs.  
    Une réunion du Comité est prévue les 1er et 2 mars et les 
ministres des Finances du G20 devraient discuter de ce sujet 
plus tard dans le mois en Allemagne.  
    Le Comité de Bâle, qui rassemble les autorités d'une 
trentaine de pays du monde entier, s'est donné pour but de tirer 
les leçons de la crise financière de 2008 et, par l'instauration 
de normes beaucoup plus dures, de prévenir l'éclatement de 
nouvelles crises.  
 
    Voir aussi :  
    Bâle III-Des sénateurs font part de leur inquiétude à la 
Banque de France   
 
 (Edité par Dominique Rodriguez) 
 

Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant