Le secret médical face au prêt et à l'assurance

le
0
Mentir peut entraîner la nullité d'un contrat ou d'un prêt.

«Une fausse déclaration peut entraîner la nullité du contrat d'assurance», assène d'emblée Patrick de La Grange, avocat spécialisé en réparation du préjudice corporel à Paris. L'avertissement est sans appel pour qui doit remplir un questionnaire de santé à la demande d'une compagnie d'assurances. En tout cas, pas question de mentir dans le questionnaire de santé de l'assurance, même si l'on a parfois l'impression de subir une véritable inquisition. «On a le droit de refuser de répondre à une question, explique l'avocat, mais il faudra en assumer les conséquences (essuyer un refus de l'assureur, NDLR). Si l'on accepte de répondre, on doit le faire loyalement pour ne pas fausser l'appréciation du risque.» Cependant, les assureurs ­recourent parfois à des subterfuges pour obtenir du corps médical des informations sur une personne donnée. Dès lors, comment ­faire respecter le secret médical?

Qu'en pensent les médecins? Si vous avez déjà demandé à votre güi>...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant