Le scepticisme des intellectuels turcs face à la loi sur le génocide arménien

le
1
Ils sont nombreux à craindre que l'adoption par la France d'une loi pénalisant la négation du génocide arménien de 1915 nuise au processus de remise en cause de l'histoire officielle en cours en Turquie.

Le débat qui a commencé à émerger en Turquie sur la mémoire du génocide arménien pourrait être victime de la loi française. C'est en tout cas un avis partagé par la plupart des intellectuels d'Istanbul.

«Depuis 2008, le débat était plus serein en Turquie, constate Cengiz Aktar, qui avait été à l'époque, à l'origine d'une demande publique de pardon aux Arméniens et avait recueilli plus de 30.000 signatures. Ce changement d'atmosphère s'explique par un processus pédagogique de remise en cause de l'histoire officielle. Et alors que la mémoire revient désormais au galop en Turquie, cette loi crée une réaction négationniste épidermique qui envahit les médias. C'est totalement contre-productif», souligne-t-il.

Les progrès ont été spectaculaires ces dernières années. Depuis 2010, des commémorations publiques sont autorisées en Turquie, pour le 24 avril, date des premières rafles d'Arméniens à Istanbul qui marquèrent le début du génocide.

«Lobotomisation...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M4189758 le jeudi 22 déc 2011 à 15:31

    JPi - En réaction sur ce type de loi. Tenir jusqu’à l’élection et après moi le déluge, c'est le programme de l'UMP. -Devenir président et proposer les mêmes suicides économiques qu'en 81, c'est le programme de la gauche. Je vote pour qui proposera la fin des abus: 1- Fin des 35 h , 2 -Plafonnement des retraites payées par l’état , 3- réduction (-20%) des salaires et retraites de la fonction publique européenne , 4 - fin des niches fiscales... Ah ça viendra, ça viendra, ça viendra ...